Il y a un peu plus de 2 ans, Vincent Chauveau créait le conseil du coin. Il revient sur les origines du mouvement et lance une « invitation joyeuse » aux lecteurs de Notariat 2000.

« Corinne m’appelle. C’est une femme dynamique, notaire en Ille-et-Vilaine. Elle a connu un grand succès au conseil du coin aux grandes heures de la révolte contre la loi croissance. Les notaires de l’Ille-et-Vilaine multiplient les cafés dans tout le département. A l’époque, le conseil du coin est dans près de 200 villes partout en France. La loi croissance votée, les notaires dépités se découragent à l’automne 2015. Les notaires se sentent découragés. Les notaires se referment. Les notaires se replient. Morts, sommes-nous ? Certains parient sur l’essoufflement du conseil du coin au lendemain des rencontres notariales d’octobre 2016. Le conseil du coin est enterré mort vivant.

En live sur facebook !

Heureusement, le conseil du coin a semé des graines fertiles. Des cafés se maintiennent dans une douzaine de ville encore en novembre. Valérie Expert, journaliste professionnelle, a croisé le chemin du conseil du coin sur le plateau de LCI au siège de TF1. Elle trouve que le concept est une pépite : une amorce d’une mine d’or d’informations pratiques. Elle propose de créer la première radio des notaires sous le porte-drapeau du conseil du coin. L’idée trouve un écho dans l’oreille du président du CSN. Banco : les notaires de France financent et co-réalisent la radio aux côtés de l’équipe des notaires du conseil du coin. Tout s’enchaîne, une autre idée germe : répondre en 2 mn 30 à une question pratique en live sur facebook. Dans une chambre d’hôtel à la veille de l’AG des notaires, un test est tenté. Je saute le pas : pas facile, face caméra, de parler dans le silence de cette chambre mansardé ! Le succès est pourtant là : 1.500 vues. Les notaires du conseil du coin reprennent. Depuis, chaque dimanche, un notaire du conseil du coin répond en vidéo à une question pratique. Près de 12.000 vues. De quoi remplir deux zéniths chaque dimanche !

L’aventure continue…

Aujourd’hui, les cafés du coin renaissent ville après ville. Une notaire diplômée en Chine monte son conseil du coin pour les expatriés. En Martinique et Guadeloupe, mais aussi à New York, l’initiative repart. Le conseil du coin s’étend sur les ondes. Chaque lundi, à 18h, on peut écouter 10 mn de droits pratiques sur le site internet www.conseilducoin.fr et sur Podcast. Ces formats radios sont en vogues aux États-Unis. Le conseil du coin amorce un nouveau concept. Les mois avancent. Le succès dans les cafés ne se dément pas à Nantes, Savenay, Quimper, Olioulles. Les journalistes reviennent, surpris et séduits par la sincérité et la pugnacité de cette initiative bienveillante. L’aspect créatif du conseil du coin se poursuit. Chaque jour, un quizz s’inscrit sur Twitter : le conseil du notaire en 140 caractères. Suivez le fil sur #lequizz. Les graines semées depuis 30 mois un peu partout dans l’espace des réseaux font émerger un compte Linkedin conseil du coin. En 10 jours, 1.200 personnes s’y abonnent. Un peu partout en France, l’envie refleurit en ce printemps…

Les appels se multiplient…

• 15h26, mercredi 26 avril, Corinne de Rennes : « Vincent, tu as raison. Il faut reprendre le conseil du coin à Rennes. On m’en parle encore dans les diners. La Chambre des notaires d’Ille-et-Vilaine et-Vilaine est sollicitée régulièrement par des anonymes demandant le conseil du coin. » Corinne, avec conviction, m’informe de son souhait de redresser l’étendard “Conseil du coin” au café « Chez ma tante ». Je l’y encourage !

• 8h15, jeudi 27 avril, Vincent, notaire à Ternay (Rhône) : « C’est bon Vincent ! On se bouge enfin à Lyon ! ». Il m’explique que 5 notaires lyonnais sont partants. La famille conseil du coin s’agrandit !

• 10h30, vendredi 28 avril, Anne, notaire à Ferrette (Haut-Rhin) a vu l’opération conseil du coin lancée par Fabienne Magnan sur la ligne TGV « Paris-Aix-en-Provence ». Elle aimerait en faire autant. « Vincent, peut-on sortir le conseil du coin du café ? Dans mon village, tout le monde me connait. Dans un TGV, l’action “conseil du coin” sera plus porteuse. Je prends le TGV pour des formations sur Paris. Je peux le faire moi aussi ? ». Je lui réponds que le conseil du coin est une invitation joyeuse à faire connaître notre métier hors des lieux communs. “Vas y fonce !”. L’info est lancée sur les réseaux sociaux. A la lecture du tweet, France inter réagit. La rédaction de France 2 souhaite faire un reportage sur « l’action bienveillante » du conseil du coin. Dont acte, la preuve par les actes ! La communication « métier », il n’y a pas mieux ! Il faut juste la faire, mais autrement…

Vincent Chauveau, notaire à Nantes (Loire-Atlantique)