La restructuration de l’ADSN ayant été annoncée fin 2018, vous êtes bien libres de choisir vos prestataires de services.  Notariat 2000 a souhaité enquêter sur l’offre proposée aux notaires pour dresser un état des lieux. Vous avez été plus de 250 à répondre. Les résultats !

1 – Restructuration de l’ADSN, un secret bien gardé ?
L’ADSN : l’association pour le développement du service notarial. La restructuration de l’ADSN a été annoncée par Nicolas Tissot au forum Technologies et Notariat à Paris en novembre 2018. Elle s’effectuerait autour de 2 grands axes :

  • l’un regrouperait toutes les activités strictement liées au monopole des notaires ;
  • l’autre concernerait toutes les activités concurrentielles.

Lors de l’Unotim à la Baule en avril 2019, Maître Didier Coiffard, président du conseil de surveillance de l’ADSN, a confirmé qu’une « réforme importante » de l’ADSN avait été entamée. Maître Coiffard a par ailleurs précisé que la réforme de la structure était due à « l’irruption dans leur sphère du droit de la concurrence ». 

Les notaires sont-ils informés ?
Plus de 58 % des notaires interrogés ne sont pas au courant de cette restructuration.

Pensez-vous que cette restructuration impactera votre activité ?
Et à la question « Pourquoi ? »
72 % des notaires sondés évoquent le tarif… à la baisse (dans 97 % des cas). Une bonne nouvelle donc puisque cette mise en concurrence permet en effet d’avoir le choix et de bénéficier d’une meilleure adaptabilité pour chaque office.
Me Giraud-Viallet dans l’Isère souligne « les tarifs sont très élevés pour les petites structures et nous n’avons pas le choix… ». Pour Me Jannot en Meurthe-et-Moselle, c’est le même constat « Les tarifs sont actuellement très élevés ». Me Sylvie Ferré-André en Savoie espère quant à elle, une prestation « moins chère et plus efficace ». La majorité du panel s’attend donc à voir émerger divers interlocuteurs, avec des offres moins onéreuses… Certains s’inquiètent néanmoins de ne pas avoir le temps ou les compétences pour choisir.

Des questions en suspens
Un notaire de La Réunion mentionne que « le fait d’entrer en concurrence oblige l’opérateur « historique » à se comporter comme une véritable entreprise et de répercuter les possibles pertes liées au départ de certaines études attirées par les nouveaux concurrents sur les études restant dans leur giron… »
Un autre confrère dans l’Oise se souvient : « je garde un très mauvais souvenir de mon installation parce qu’on ne comprend rien à l’abonnement Réal : aucune information sauf à appeler voire à harceler… des tarifs qui ne sont pas lisibles … un rapport qualité/prix qui ne se justifie absolument pas !… »

Et l’ADSN dans tout ça ?
Quelques clients satisfaits…
Un notaire en Eure-et-Loire se questionne d’ailleurs « Pourquoi changer de fournisseur, quand vous êtes satisfait de sa prestation ? » Mais il y a les autres comme Me Henri dans le Cantal qui souligne : « nous évitons un maximum l’ADSN », Me Persico dans le Jura qui pense que l’avenir de l’ADSN est incertain : « l’ADSN n’aura bientôt plus aucune importance car elle ne résistera pas à la concurrence ». 

Ils sont où les autres opérateurs du marché, ils sont où… ? À la question, connaissez-vous des opérateurs concurrents de l’ADSN, seulement 34,7 % des sondés connaissent d’autres prestataires. Les principaux cités sont d’abord NAVISTA, puis COMNOT, ORANGE et SFR…

2- Savez-vous que vous n’êtes pas obligé d’utiliser les « outils de la profession » ?
47 % du panel ignorent qu’ils sont libres de choisir. Pour 68,6 % cette diversification d’offres de services représente une opportunité. 

Un notaire dans le Morbihan spécifie « en avoir assez du joug de la profession omnipotente ». Un autre dans le Jura pense que « le rapport au fournisseur sera plus professionnel ».

3 – Côté satisfaction des services et produits
Côté « cœur de métier »(FCDDV, MICEN, service d’alimentation des bases immobilières, clé Real, téléactes…)
58 % des notaires sont satisfaits voire très satisfaits. Les améliorations souhaitées : un prix plus adapté, une simplification des critères d’alimentation, et surtout une meilleure connexion. Le service de la visioconférence est estimé trop cher.

Côté « Concurrence »
Opérateurs « accès à Internet »
Monopole pour REAL en province et monopole pour Navista sur l’Île-de-France 95,4 % du panel utilisent la solution REAL (proposée par l’ADSN) et seulement 4 % :
Navista.

Les utilisateurs de REAL
Concernant REAL : 53 % sont satisfaits, voire très satisfaits.

Ceux de NAVISTA ?
Pour Navista : 67 % sont satisfaits, voire très satisfaits. 

Le point négatif de REAL ?  Le coût
Pour Me Persico : « Il est absolument insupportable aujourd’hui d’avoir un seul fournisseur qui ne fait pas payer ses clients mais qui les rackette ». Un autre confrère se plaint « la baisse des coûts, la vente forcée. La profession sponsorise des abonnements qui se sont révélés manifestement excessifs… » .

Un autre souligne : « 450 euros par mois, ça ne vous choque pas ? » Un autre rajoute « Le coût est prohibitif et la stabilité du réseau incertaine ». Un autre surenchérit : « mieux que Real… ce ne devrait pas être trop difficile ! ».

Dans les points positifs, certains nous font part de la fiabilité du réseau.
Navista, l’opérateur mis en place par la Chambre de Paris, recueille davantage de points positifs, et étend maintenant son offre de service en province.

 « Savez-vous que vous pouvez choisir entre plusieurs opérateurs REAL, COM NOT et NAVISTA ? »

58,5 % se disent prêts à changer. Les 2 raisons principales invoquées sont :

  • le tarif pour 80 %
  • la prestation pour 41 %

Pour autant, concernant les autres opérateurs, on est dans le flou puisque les notaires ne les connaissent pas. Un confrère confirme : « Difficile d’en parler car nous n’avons aucun contact avec les autres opérateurs ». Et puis il y a la voix de la sagesse : « la concurrence reste toujours saine et améliore les services » ou encore quelques caustiques : « Pourquoi changer une équipe qui marche ? Pour faire plaisir à l’autorité de la concurrence ? ».

Ceux qui sont prêts à changer de crémerie :
Me Evelyne Beaume dans le Vaucluse se dit prête à changer « si le rapport service/prix est favorable au nouveau prestataire « . Me Persico explique sa décision : « Parce que Real est très cher pour un service très médiocre avec une relation clientèle désagréable au possible ».

Opérateurs « Négociation immobilière »
54 % du panel pratiquent la négociation immobilière. Quels sites de diffusion d’annonces ont-ils choisi ? 

Les notaires utilisent-ils immonot.com, immobilier.notaires.fr ou d’autres sites ?
immonot et immobilier.notaires sont 2 sites immobiliers qui diffusent des annonces exclusivement notariales. 

70 % utilisent le site immobilier Immonot pour diffuser leurs annonces. 48 % sont très satisfaits. 67 % utilisent immobilier.notaires, 40 % sont très satisfaits. 80 % des notaires négociateurs interrogés diffusent leurs annonces sur le site leboncoin, 61,7 % sont très satisfaits.

Les  remarques des utilisateurs d’Immonot
« C’est un site qui permet d’avoir des retours » nous confient la plupart des utilisateurs.
Evelyne Beaume nous indique  « c’était une alternative au tout ADSN ». Un autre confrère confie avoir un « contact aisé avec le prestataire et une poussée d’urticaire avec les filiales du CSN ».

des utilisateurs d’Immobilier notaires.fr
Les utilisateurs répondent que ce serait le site de la profession. Un notaire confie : « il est recommandé par les instances.  Ou encore « il est obligatoire ! » ou « c’est une obligation de la profession ». Me Kerambrun en Loire-Atlantique nous précise : « c’est la Marque des notaires ».

Opérateurs « sites internet »
Les prestataires pour les sites des études : 49 % des sondés ont un site Prisme (édité par Média.not, une filiale de l’ADSN). 18,5 % ont un site créé par Notariat Services. 10 % ont choisi un prestataire local et 16 % n’en ont toujours pas !

Les utilisateurs de sites Prisme édités par Média.not
Les arguments évoqués : Beaucoup de notaires mettent en avant la facilité, le conformisme. C’est le site de la profession, le plus connu, le plus simple… Voire « le seul autorisé » dixit un notaire de la Loire. Me Giraud-Viallet « je ne savais pas qu’il y avait la possibilité d’en choisir un autre ». Un confrère indique qu’il a été imposé par la profession. Un autre a choisi Prisme pour « ne pas être « emmerdé » pour l’agrément de la chambre !!! ».

Les utilisateurs des sites Notariat Services
Ils sont moins nombreux. Le choix s’est fait sur l’ergonomie des sites proposés, le rapport qualité prix. « Les propositions de site étaient plus esthétiques que celles de prisme » ou encore pour le « visuel sympa, l’ergonomie ».

4 – Les notaires et les services innovants
Les notaires sont d’ores et déjà en pointe sur l’utilisation des nouvelles technologies parmi les professions juridiques. 56,4 % des sondés se disent prêts à utiliser des nouveaux services (prise de rendez-vous en ligne, chatbots…). La plupart mentionnent la prise de rendez-vous en ligne : les sms pour confirmer les rendez-vous, les chatbots…

 

Nota : tous les notaires cités ont accepté de l’être.