À l’origine de cette belle expédition, Patrick Mc Namara, notaire, qui transporte le notariat au cœur de l’intelligence artificielle avec cette plateforme de gestion des dossiers. Sans oublier que le notaire reste le seul maître à bord pour la plus grande protection et satisfaction des usagers !

Comment vous est venue l’idée de lancer “Quai des notaires” ?
Patrick Mc NAMARA : j’exerce le métier de notaire avec passion et engagement, et comme beaucoup de confrères, je découvre chaque jour les effets de l’évolution réglementaire, les impacts de la digitalisation des services… Pour que ma profession réponde aux nouvelles attentes de la clientèle et continue d’offrir des services à haute valeur ajoutée, j’ai pensé qu’internet pouvait apporter des solutions afin de travailler dans de meilleures conditions.
À la réserve près que ce nouvel outil devait faciliter notre métier et ne pas le galvauder ! “Si je me projette à trois ans, un particulier pourra dire à son assistant personnel : OK Google, j’ai vendu mon appartement à Michel, prépare les papiers “… D’où la nécessité de créer une solution entièrement digitale et intelligente qui donne accès immédiatement au notaire.

De quels services les notaires bénéficient-ils ?
Patrick Mc NAMARA : cela repose sur la création d’un dossier de vente ou de succession en ligne, le recours à un notaire, tout en bénéficiant de services de visioconférence et visiosignature certifiée. “Quai des Notaires” constitue un véritable trait d’union entre les usagers et les notaires, quelques clics suffisent pour la mise en relation.

Quels sont les avantages ?
Patrick Mc NAMARA : mon expérience m’a conduit au constat suivant : nos services consacrent beaucoup de temps à effectuer des demandes préalables, delais répercutés à nos clients qui attendent que leur dossier soit réglé.  Aussi, j’ai souhaité que “Quai des Notaires” accélère le processus d’obtention des pièces. L’automatisation des flux permet aujourd’hui de recueillir les éléments en 48 heures seulement au lieu de 3 semaines auparavant.
Ainsi, le clerc de l’étude a retrouvé le sourire.  Et le client reçoit un mail avec le courrier de saisine dans la foulée. Tout cela participe à une plus grande transparence dans notre intervention, là où délai et opacité nous étaient reprochés dans une précédente enquête sur le notariat.

Les clients sont-ils demandeurs de cette solution ?
Patrick Mc NAMARA : en effet, nous répondons à une attente implicite de la clientèle. Désormais, tout particulier peut ouvrir un dossier en ligne chez le notaire de son choix. Une condition nécessaire pour que l’outil réponde aux aspirations idéologiques de la profession.

À combien estimez-vous le temps gagné pour une étude ?
Patrick Mc NAMARA : Dans une étude notariale, la préparation d’un dossier de vente nécessite 3 heures de saisie en moyenne, et un délai d’environ 3 semaines afin d’obtenir toutes les pièces constitutives. Ainsi, les premiers utilisateurs-notaires de la plateforme constatent que la durée de saisie est réduite à 10 minutes et le délai de collecte est ramené à 24/48h, soit un délai quinze fois plus rapide pour le notaire, le particulier et l’agent immobilier.

Peut-on aisément souscrire à “Quai des notaires”et l’utiliser ?
Patrick Mc NAMARA : La souscription se fait en ligne, gratuitement, sur rapprochement de l’identité notariale et du CRPCEN. Quant à l’assistance en ligne, elle est assurée par un clerc qui apporte des réponses personnalisées.

Quels sont les bénéfices pour l’étude ?
Patrick Mc NAMARA : sachant qu’une étude doit réaliser des ventes de 120 000 € pour encaisser 1200 €, les études situées en secteur rural gagnent à trouver des solutions améliorant leur rentabilité. Là où les prix de l’immobilier restent à des niveaux planchers (médiane inférieure à 100 000 €), “Quai des notaires” permet donc de réduire le coût de revient de l’acte. Et le prix de la solution- à partir de 50 € pour une vente de 9 000 € à 120 000 €, et à partir de 100 € pour les ventes supérieures à 120 000 €-traduit cette volonté d’aider les confrères à limiter leurs charges de fonctionnement. Comptez 100 € pour un dossier de succession.

 Propos recueillis le 05/11/18