J’ai rêvé que j’étais « notaire nouveau »
 
 

La fusion forcée des professions juridiques et judiciaires (notaires, avocats, avoués à la cour, huissiers) avaient donné lieu à différents problèmes difficiles à régler. La nouvelle profession ne savait pas comment elle devait s’appeler : notaires-avocats-avoués-huissiers, mais chaque ancienne profession souhaitait être en tête. Diverses appellations avaient été essayées : Notavahu, Avnotahu, Huavnotav, NAAH, HNAA, etc. Finalement, chaque profession avait gardé son ancienne dénomination en y ajoutant l’adjectif « nouveau ». Ainsi, le notaire nouveau, l’avocat nouveau, l’huissier nouveau, l’avoué nouveau, c’était la même chose puisque chacun faisait tous les métiers. Ainsi, lorsque je rédigeais un acte, qui donnait lieu ultérieurement à un contentieux, je plaidais la défense d’un des clients devant la juridiction adéquate et je signifiais ensuite le jugement aux parties. S’il y avait appel, je plaidais également après avoir signifié les conclusions. Dans l’esprit de la profession juridique unique, je regrettais vivement qu’elle n’ait pas aussi absorbé les magistrats car j’aurais pu juger le contrat que j’avais établi.

 

 

Et puis je me suis réveillé…