Casse-tête humoristique pour notaire, imaginé par un lecteur (pas du tout juriste). N’oubliez pas de prendre un Dafalgan, un Doliprane ou une aspirine si vous avez mal à la tête en essayant de comprendre !

Femmes couguars, familles recomposées : il va y avoir du pain sur la planche pour les notaires (et leurs généalogistes) en charge de régler les successions ! Voici un exemple de ce qui les attend…
Je suis un homme de 27 ans et je me suis marié à une divorcée de 46 ans, mère d’une fille de 25 ans. Comme cette dernière aime les hommes mûrs, elle s’est éprise de mon père qu’elle a épousé. Dès lors, mon père est devenu mon gendre, puisqu’il a épousé ma belle-fille. Mais, dans le même temps, ma belle-fille est devenue ma belle-mère, puisqu’elle est désormais la femme de mon père. Là, le notaire commencera déjà à transpirer ! Or, ma femme et moi avons donné naissance à un fils. Cet enfant est naturellement devenu le frère de la femme de mon père… c’est à dire le beau-frère de mon père. Et, dans le même temps, il est devenu mon oncle, puisqu’il est le frère de ma belle-mère. Mon fils est donc mon oncle. Là, le notaire se fait apporter un Doliprane par son clerc ! Mais il n’est pas au bout de ses surprises ! En effet, mon père et sa femme ont donné le jour à un garçon qui, de fait, est devenu mon frère puisqu’il est le fils de mon père… mais aussi mon petit-fils puisqu’il est le fils de la fille de ma femme. Je me retrouve ainsi le frère de mon petit-fils ! Et notre grand-mère commune n’est autre que ma femme. Du coup, je me retrouve mon propre grand-père ! Là, le notaire fait un malaise ! Le pauvre ! Imaginez ce que cela va être pour lui, avec le Mariage Pour Tous, lorsqu’un père sera la mère ou une mère sera le père… 😉