Le 29 mars dernier, le Conseil Supérieur du Notariat organisait le “Grand O’ du Notariat” permettant aux six principaux candidats à l’élection présidentielle ou à leurs représentants d’exprimer, devant un public soigneusement sélectionné, la teneur de leurs projets.
Exercice difficile s’il en est, dont les orateurs se sont sortis avec plus ou moins de talent.
A l’issue de cette séance, les sensations étaient mitigées, et on se rendait bien compte que personne n’avait réellement convaincu.
Après consultation des délégués – progrès démocratique indéniable – le bureau du CSN s’est réuni à huis clos pour décider de l’attitude à tenir à l’égard de cette échéance électorale cruciale.
Habitué à une neutralité bienveillante, conséquence de son devoir de réserve, le notariat, blessé par les attaques du quinquennat finissan,t se réveillerait-il pour influencer les votes au cours des dernières semaines de campagne ? C’est ce qu’il semble, en effet !
Une brochure,  un site web, ainsi qu’un jeu de cartes seraient en préparation, et il se murmure selon des sources paraissant bien informées, que le CSN s’engagerait avec toute l’énergie et tous les moyens qu’on lui connait aux côtés de Philippe POUTOU, pourtant absent du Grand O’, mais dont la sincérité, pour ne pas dire l’authenticité aurait réellement séduit nos dirigeants.
Si tel était bien le choix de la Tour-Maubourg, nul doute que l’échiquier politique pourrait s’en trouver nettement transformé !

Affaire à suivre