Nous avons beau dire “mon temps”, “je perds mon temps…”, “je prends mon temps”… Ce possessif est dérisoire : c’est toujours lui qui nous possède.

Sacha Guitry