« Dis moi dans quel secteur d’activité tu travailles, je te dirai comment tu vas… » Voilà résumés, en quelques mots, les résultats d’une étude du ministère du Travail (Dares), publiée en juin dernier. L’enquête (très sérieuse !) établit très clairement que l’activité économique d’une entreprise a un impact sur la santé de ses salariés (Ah bon !?). En d’autres termes, lorsque l’activité d’une entreprise est fragilisée, les salariés sont inévitablement « surexposés à des risques psycho-sociaux pouvant affecter leur santé mentale ou physique« . Les troubles et angoisses se traduisent de différentes façons. Ainsi, 42 % des personnes interrogées et travaillant dans un secteur « en crise » (comme le notariat par exemple ?) appréhendent, à tort ou à raison, de perdre leur emploi dans l’année. Et beaucoup constatent des rapports plus difficiles avec la hiérarchie, souvent davantage « sur les dents » (bizarre, bizarre… on ne voit vraiment pas pourquoi !). Au final, l’enquête convient que le travail a un certain impact sur l’individu (quelle surprenante révélation !). Un peu comme l’auto-stoppeur de Raymond Devos ? 😉

« Je connais un monsieur, c’est un auto-stoppeur professionnel. Il lui est arrivé un accident de travail… il a perdu le pouce ! »

V.A.