Dis moi dans quel secteur d’activité tu travailles, je te dirai comment tu vas…” Voilà résumés, en quelques mots, les résultats d’une étude du ministère du Travail (Dares), publiée en juin dernier. L’enquête (très sérieuse !) établit très clairement que l’activité économique d’une entreprise a un impact sur la santé de ses salariés (Ah bon !?). En d’autres termes, lorsque l’activité d’une entreprise est fragilisée, les salariés sont inévitablement “surexposés à des risques psycho-sociaux pouvant affecter leur santé mentale ou physique“. Les troubles et angoisses se traduisent de différentes façons. Ainsi, 42 % des personnes interrogées et travaillant dans un secteur “en crise” (comme le notariat par exemple ?) appréhendent, à tort ou à raison, de perdre leur emploi dans l’année. Et beaucoup constatent des rapports plus difficiles avec la hiérarchie, souvent davantage “sur les dents” (bizarre, bizarre… on ne voit vraiment pas pourquoi !). Au final, l’enquête convient que le travail a un certain impact sur l’individu (quelle surprenante révélation !). Un peu comme l’auto-stoppeur de Raymond Devos ? 😉

Je connais un monsieur, c’est un auto-stoppeur professionnel. Il lui est arrivé un accident de travail… il a perdu le pouce !”

V.A.