Dans un courrier envoyé, début de semaine, à tous les notaires de PAB_550France, Pierre-Luc Vogel est revenu sur la loi Macron, le texte législatif le plus dense de la mandature (308 articles). Selon lui, si ce texte fait polémique, c’est parce qu’il a été “mal conçu dès son origine” (“il porte les stigmates de cette carence initiale marquée du sceau du dogmatisme et de l’incompétence“). Et d’ajouter : “Nous nous sommes battus jusqu’au dernier moment pour arracher in extremis des aménagements dictés par le bon sens. Nous l’avons fait même si l’espoir de réussir était mince tant nos interlocuteurs ne voulaient pas entendre la voix des professionnels“. Aujourd’hui encore, le président ne s’avoue pas vaincu. Il compte sur les Sages de la rue de Montpensier pour modérer certaines dispositions. Le Conseil constitutionnel a été saisi mercredi par les parlementaires de droite et un argumentaire leur a été remis. Ils disposent d’un mois pour rendre leur avis. Pour le président du CSN, le combat continue ! Ou plutôt, “une autre bataille commence : celle des décrets et des arrêtés“.

V.A.