J’aime mon métier, c’est une évidence ! Et cela depuis quelques petites années ! Pourtant le notariat, je le connais depuis quelques baux à longs termes…CLOTILDE

Il a fallu que Messieurs Darrois, Attali, Montebourg, Macron et autres me bousculent pour que je me rende compte que j’aimais à ce point le notariat. Lorsqu’ils nous ont taxés de “rentiers” et de spolieurs, je me suis sentie moquée, trahie… La rébellion a pointé et la colère est montée, comme la moutarde ! “Ah ah, on est poussiéreux, ringards, hors du temps, inutiles ?! Fini de rire ! J’aime mon métier, je vais leur dire et leur montrer qu’ils se trompent, qu’ils ne me connaissent pas ! Je vais démontrer que j’ai un beau métier !” A cause d’eux (grâce à eux), j’ai battu le pavé (manif), révisé mon droit constitutionnel (article 49.3), écrit, parlé, affiché ma colère, argumenté, défendu. Et aujourd’hui, je m’assume ! J’ose dire haut et fort que, oui, je suis notaire et j’aime mon métier ! Chaque fois que je dis que j’aime mon métier, mon interlocuteur devient, au choix, curieux, incrédule, ironique, voire goguenard ! Je l’entends souvent penser : “Mais comment peut-on aimer le métier de notaire ?“. Hélas, les clichés ont la vie dure. Qu’un cuisinier, une infirmière ou un prof ait l’amour de son métier, on le comprend aisément, mais, qu’un notaire le dise, non, ça bloque…

Bon, soyons honnêtes. On ne naît pas “amoureux” ou “passionné” du métier de notaire et du notariat. On le devient, en grandissant dans la profession. Elle est faite de rencontres avec les clients, d’échanges, de recherches de solutions (les leurs !), de remises en question à chaque parution d’un texte ou d’une loi. Et puis il y a Marianne, la République, le Sceau, les formules “Par devant”, “au Nom de la République française”,” mande et ordonne” moi, notaire de cette république que Marianne, incarne…

Si vous me demandez pourquoi j’aime le notariat, je vous dirai, tout simplement, que c’est :

  1. parce qu’il me fait rencontrer le genre humain ;
  2. parce qu’il me pousse à m’interroger au gré des lois fluctuantes ;
  3. parce qu’il me permet de conseiller et d’écrire ;
  4. parce qu’on me dit “merci” parfois ;
  5. parce qu’on râle et qu’on me bouscule dans mes certitudes ;
  6. parce que je râle et que mon Dieu, cela fait du bien ! ;
  7. parce que Messieurs Darrois, Attali, Montebourg et Macron, vous m’avez faite pleurer, mais que vous m’avez poussée à me relever car quitte à mourir, ce sera debout en résistant ;
  8. parce que j’ai rencontré des clercs et des notaires passionnés, chaleureux et attentifs ;
  9. parce qu’avec eux,  le notariat est une grande famille, organisée et riche de nombreuses idées ;
  10. parce que, parfois, ce fichu métier me fait rire !
  11. parce que  j’ai découvert que rien n’est éternel, tout est à construire et recommencer ;
  12. parce que, pour rien au monde, je n’en changerai !

CLOTILDE photoClotilde Palot-Lory

Notaire à Bray-sur-Somme (80)