Frédéric Labour, notaire à Corbeil-Essonnes (91) a lancé depuis leLABOUR 1er août dernier, le site www.monavispourlafrance.fr. Bien que n’ayant pas bénéficié d’une diffusion massive, le site a déjà recueilli plusieurs centaines de contributions, signe d’une véritable attente. Rencontre.

Notariat 2000 : pourquoi avoir créé ce site ?

Frédéric Labour : Au cours d’une conversation avec Jean-Jacques Boussaingault, président de la Chambre des notaires de l’Essonne, nous évoquions l’état d’exaspération des Français, relevé lors des conversations avec nos clients. Me Boussaingault rappelait qu’en 1789, les notaires avaient participé à la rédaction des cahiers de doléances… L’idée de recueillir à nouveau les doléances des Français et leurs propositions a alors germé. Nous avons donc créé un site internet www.monavispourlafrance.fr afin que chaque Français puisse y déposer son avis.

Notariat 2000 : quel en est l’objectif ?

Frédéric Labour : Démontrer la formidable modernité du notariat et son utilité ! Cela pourrait être aussi une arme politique redoutable à l’heure de la parution des décrets d’application de la funeste Loi Macron. Depuis un an, des ministres nous assomment de contre-vérités. Nous sommes archaïques, nous n’assurons pas le maillage territorial, notre profession mérite une réforme profonde, etc. Et si nous mettions à profit notre présence sur l’ensemble du territoire (plus de 4500 points d’accès) et notre proximité du peuple (20 millions de clients rencontrés par an) pour recueillir les avis des Français et publier officiellement la synthèse de ces avis et de ces propositions ?

Notariat 2000 : le site est-il une fin en soi ?

Frédéric Labour : Non, le mouvement ne doit pas s’arrêter au site. Il doit s’incarner et être proche du public. Pour cela, il est nécessaire qu’un nombre important de confrère participe à l’opération pour lui donner l’écho et la légitimité nécessaire. Si dans chaque salle d’attente des offices, une affiche est apposée et des formulaires sont à disposition du public, le pari sera gagné. Nous sommes persuadés qu’il existe chez nos compatriotes, un réel besoin d’exprimer son opinion sur l’état du pays et que des idées de réformes concrètes, utiles dans des domaines qui dysfonctionnent véritablement, auront plus de bon sens que celles imaginées par nos technocrates déconnectés de la réalité.

Notariat 2000 : comment participer ?

Frédéric Labour : Très simplement en envoyant un courriel à contact@monavispourlafrance.fr en précisant vos nom et adresse. Vous rejoindrez les confrères déjà inscrits sur la carte. Le public saura où trouver un notaire pour y déposer son avis. Sur le site, vous trouverez également une affiche explicative et le formulaire papier à imprimer et à disposer dans la salle d’attente. Les avis recueillis sur formulaire papier, peuvent être envoyés scannés à l’adresse indiquée ou par la poste à la Chambre des notaires de l’Essonne. Lorsqu’un nombre suffisant d’avis aura été reçu, il en sera fait une synthèse qui sera rendue publique et adressée au Président de la République. Aux notaires français d’en être le moyen de transmission et les porte-paroles !