Il a été porté à notre connaissance, par l’un de nos agents infiltrés au cœur des Instances notariales, qu’une opération nationale de grande envergure, du type de celles que les plus anciens d’entre nous ont vécu avec les télécopieurs, téléphones de voiture et CD-Rom(1), était sur le point d’être annoncée. En voici, en avant première, les tenants et aboutissants.

Le Notariat se doit d’assurer la sécurité juridique des Français, tant par ses conseils avisés et garantis, que par l’anticipation des difficultés qui pourraient naître directement ou indirectement de l’immobilier. C’est sur cette analyse, confirmée par les quatre cabinets internationaux d’avocats et conseils venus en appui du Bureau du CSN, qu’a été mise en œuvre une action qui devrait être entérinée lors de l’imminente assemblée du Conseil Supérieur du Notariat, et qui sera sans doute votée unanimement dans la foulée par les zélés délégués de compagnie : Les notaires de France se portent au secours des abeilles.

À la source, un constat : le notariat contemporain a été mis en place par Napoléon 1er, qui comme chacun sait, arborait l’abeille, symbole d’immortalité et résurrection, comme l’un des éléments de ses armoiries, à l’égal de l’aigle. Il est donc historiquement raisonnable pour le notariat de se préoccuper du sort de cet insecte symbolique ne serait-ce que pour rendre hommage à son créateur.

Plus récemment, une prise de conscience. Sans l’abeille, insecte pollinisateur, la plupart des végétaux connaîtraient des difficultés de survie, et il est considéré comme acquis que leur disparition entraînerait de grandes difficultés pour l’alimentation humaine, dont 35 % serait directement assurée par des plantes étroitement dépendantes de la pollinisation.

Enfin, une évidence, en cette période troublée, tout est politique : il est donc vital de ne pas laisser trop d’espace à ceux qui s’en prennent régulièrement à notre profession, même si leur carrière semble irrémédiablement derrière eux… À ce titre, l’initiative « Bleu Blanc Ruche » d’Arnaud Montebourg ne peut rester unique ! Sachez du reste que les avocats, globalement, s’intéresseraient à la question, certains des plus puissants d’entre eux étant même déjà passés à l’action (on évoque PWC… produisant, depuis plusieurs années, et « avec amour » s’il vous plaît, leur Miel des fleurs de Paris, que certaines mauvaises langues osent, dit-on, surnommer « miel de cabinet »)

Si (mais qui en douterait) le projet exposé par le Bureau du CSN est validé par l’assemblée, des émissaires de l’ADSN et de la prometteuse SAS CSN SERVICES seront présents lors des prochaines assemblées départementales ou interdépartementales pour annoncer les conditions exceptionnelles négociées par vos Instances auxquelles vous seront proposées les composantes essentielles de votre action future pour la défense de ces sympathiques hyménoptères.

D’abord, bien évidemment des ruches dernier cri, en authentique imitation bois, agréées CSN et connectées ADNOV, avec visio incorporée et dashboard de gestion accessible sous ID-Not, au modique prix de 15.000,00 € (hors taxes bien entendu, abonnement [email protected] by ADSN de deux mois inclus), qui serait subventionné par la Banque des Territoires à hauteur de 3.500 €.

Pour permettre aux notaires ruraux, qui sont mieux placés sans doute pour apporter à ces nobles insectes les conditions optimales pour une vie de travail harmonieuse(1), sur justification de la rédaction annuelle de 20 % au moins d’actes écrêtés (en chiffre d’affaires pas en nombre d’actes) ce prix sera réduit à 14.200 € et la subvention intégralement maintenue !

Ensuite, naturellement une formation de 60 heures, agréée CSN, permettant de justifier de votre obligation de formation tout en préservant la planète et l’avenir de l’humanité.

Restait l’essentiel, et un groupe de notaires soigneusement sélectionnés a été chargé de la réflexion conduisant à une création originale et symbolique : le nom de cette opération.

Symbolisant l’ancrage de la profession dans la tradition tout autant que la volonté de participer au présent, il sonne agréablement aux oreilles et pourrait bien devenir très vite la star des réseaux sociaux… Bienvenue au Miel Authentique, acclamez : « MIEL D’ALORS »(3)

La rédaction de Notariat 2000, enthousiaste et unanime, tient expressément à féliciter le Président Ambrosiano et son équipe pour cette magnifique initiative, et entonnerait avec plaisir l’ « Hymne du notariat » pour fêter l’événement ! (Si cet hymne avait été révélé, bien entendu…).

D. Mathy

 

(1) voir aussi

(2) comme à leurs collaborateurs du reste, n’en doutez pas !
(3) préféré après un long débat à « Miel mi lui » que certains luille préféraient au motif qu’ielle ne fallait pas genrer, ni dans un sens ni dans l’autre.