Curieusement, lorsqu’on évoque la communication, les notaires comprennent “propagande” ou “publicité”. Il est très rare que le terme soit compris dans le sens “échange”, ou même simplement “information”. Il ne serait pourtant pas superflu que nous nous mettions réellement à communiquer…

 

Le notariat est en même temps une profession et un ensemble de professionnels. La profession a cherché, depuis longtemps, à nier au professionnel le droit -pourtant essentiel- de penser librement. Impossible de prendre une position tranchée sur quoi que ce soit sans que quelqu’un ne vienne vous interrompre par un “cessons de polémiquer !” péremptoire. C’est ainsi que notre intranet a été privé de sa “boîte de dialogue” au moment où, pris dans une “boucle sans fin”, l’administrateur n’a pu que valider un message qui démontrait l’existence d’une censure (1). Pourquoi ? Ne faut-il pas faire preuve d’un manque de confiance presque insultant à notre égard pour couper ainsi tout moyen d’expression interne ? Nous avons tous vécu les conseils d’administration ou même les assemblées générales, au cours desquels on fait intervenir opportunément un “étranger” pour couper court à toute discussion sur des sujets tels que l’état des finances, la gouvernance, ou tel ou tel investissement cher au cœur du dirigeant… Bien sûr, discuter prend du temps. Mais, souvent, ce temps est nettement inférieur au gaspillage résultant d’une absence de concertation.

 

JPG - 31.5 ko

Vivier de compétences

Nous sommes plus de 9 000, triés sur le volet, sélectionnés, (dé)formés. Ne serions-nous qu’une bande d’iconoclastes malfaisants ? C’est bien mal nous juger ! Il suffisait d’assister à la dernière Assemblée de Liaison pour constater les dégâts de l’autocensure sur le visage d’un jeune confrère qui semblait pourtant vouloir poser une question essentielle et qui a terminé sur des banalités avant de se rasseoir penaud. Et pourtant… Freiner l’expression des notaires, c’est priver le notariat de l’opportunité de découvrir les meilleurs éléments. Celui qui n’a rien à dire ne dira rien, celui qui se contentera de lancer des absurdités sera très probablement ignoré ou remis en place, mais ceux qui s’exprimeront sortiront de l’ombre et fourniront un vivier de compétences pour des actions ultérieures. Pour être entendu, il faut se montrer. Ceux qui veulent être entendus sont ainsi condamnés à faire dans le tonitruant, ce qui les conduit trop souvent à l’ostracisme.

 

La vérité toute nue

Je ne connais que deux méthodes permettant de déterminer utilement les bonnes personnes pour une mission particulière :
- L’arbre des compétences et connaissances, dont Michel Authier de la société TRIVIUM avait effectué, à ma demande, une démonstration lors du Congrès UGNF de Beaune en 1999. Cette méthode nous semblait idéale, nous avions même mis en place les outils nécessaires pour l’initier. A mon grand regret, le projet est resté lettre morte. J’ai pu ainsi constater que certains, même parmi les volontaires, préféraient les choix relationnels aux choix objectifs et, surtout, craignaient d’exposer aux critiques éventuelles leur statut de “sachant” autoproclamé. Pour que l’arbre donne sa pleine mesure, il faut en effet que chacun se “déclare” et accepte que cette déclaration puisse être (in)validée par les utilisateurs… La vérité toute nue ? Attention au rhume, certains ont instantanément toussé !
- L’échange intensif, la communication tous azimuts, une sorte de chaos primaire dont émergent nécessairement les plus impliqués et les plus performants, certains diraient les “grandes gueules”… Les timides et les maladroits ne sont pas forcément les moins efficaces, ils passeront hélas inaperçus.

 

Mauvaise conseillère

De toute évidence, il faudra encore laisser s’écouler beaucoup d’eau sous les ponts avant que le notariat accepte l’inévitable… L’arbre ne demande qu’à pousser, mais encore faut-il que la peur cesse d’être la conseillère la plus écoutée… Brassens n’a jamais chanté : “auprès de mon arbre je vivais… peureux” !

 

1. L’ouvre-boite est toujours visible à l’adresse www.chez.com/sagynotaire/real/