La satisfaction du client est un des éléments clés de la démarche qualité. Dans le cadre de notre observatoire de la qualité du service notarial (OQSN), nous avons demandé à un panel de notaires, mais aussi d’exposants, s’ils étaient satisfaits des congrès notariaux auxquels ils participaient. Gros plan sur leur indice de satisfaction…

 

Du côté des notaires…

Près de 3 notaires sur 4 assistent à des congrès notariaux. Pour beaucoup, c’est l’occasion de sortir du quotidien de l’étude, de se former et de s’informer, mais aussi de rencontrer les partenaires de la profession. L’échange avec des confrères d’autres régions, dans un contexte différent des dossiers, est également un élément moteur ; cela contribue à “améliorer la confraternité” nous disent Muriel Rabeyrolles (Savoie) et Pierre-Emmanuel Furzac (Ain).

• 91 % des notaires interrogés vont au congrès des notaires de France. Tous citent la qualité des travaux, le haut niveau de réflexion et la richesse des débats. Le lieu est parfois un critère de participation, mais souvent c’est le thème qui prédomine. En Isère, un abonné profite d’ailleurs de l’enquête pour suggérer aux futurs présidents de congrès de traiter du notaire et des collectivités publiques ou encore de droit international public. Pour Edith Brillant qui définit le congrès national comme “parfait”, le congrès national est également l’occasion de “montrer la force de la profession”. Sa consœur de Saône-et-Loire y va “par solidarité professionnelle, en particulier à l’égard du travail considérable des rapporteurs”. Seul bémol : celui de Marie-Thérèse Prunier (Isère) qui aimerait que ses confrères soient “plus motivés le dernier jour du congrès”. Un lecteur apprécierait que les congrès ne soient “pas au mois de mai où il y a déjà beaucoup de ponts”. Enfin, la course aux cadeaux est également montrée du doigt par un notaire de Meurthe-et-Moselle car elle pervertit les échanges avec les partenaires du notariat, “certains confrères ne venant que pour le cadeau”.

• le congrès annuel du Mouvement Jeune Notariat. Dans le Jura, Stéphanie Liegon a assisté au congrès d’Hammamet parce que le thème (l’installation) l’intéressait. Elle précise que “l’aide accordée sur le prix du congrès a également été décisive”. Bien que l’indice de satisfaction “qualité-prix” soit globalement bon (voir tableau), un notaire de l’Orne suggère au Mouvement d’essayer “d’être moins grandiose pour être moins cher”. “Il faut revenir aux sources” nous dit son confrère castelroussin.

• 16 % des notaires interrogés ont déjà assisté à un congrès du Syndicat des notaires. La tenue irrégulière de ce congrès, pourtant généralement de bonne tenue, justifie probablement ce petit score…

 

Le rapport qualité prix des congrès

À noter : Un notaire sur 4 ne va pas aux congrès notariaux. Principaux motifs : le coût et le manque de temps.

 

Du côté des exposants…

Les exposants contactés dans le cadre de cette enquête participaient tous au dernier congrès des notaires. Ils sont généralement à chaque rendez-vous. Ils expliquent leur présence par le fait que “c’est le plus important en nombre de congressistes”. C’est donc l’occasion idéale “de se faire connaître des notaires, mais aussi de rencontrer ses clients”. Les associations y voient le moyen de communiquer sur leurs actions. Seulement 20 % des exposants contactés ne font pas d’animation sur leur stand et refusent d’être assimilés à des marchands du temple. Quelques-uns aimeraient d’ailleurs que les organisateurs donnent moins d’importance aux cadeaux “qui sont devenus le centre d’intérêt principal de ce congrès”. Pour les 80 % qui font des animations, c’est l’occasion de fidéliser le client (75 %), de rencontrer des prospects (50 %), voire de faire plaisir au conjoint (25 %). Le rapport qualité prix du congrès est jugé satisfaisant par 75 % de notre panel, avec un carton rouge toutefois pour le coût des prestations associées (internet, électricité) jugé trop élevé. Tréma Editions suggère d’ailleurs un accès libre WIFI partout… Les exposants repartent satisfaits du congrès en terme de contacts en général (100 % !) et de retombées (50 %), “sauf pour 2009” nous précise Anne-Dominique Paquin (Atlas des compétences). Enfin, certains suggèrent de réduire la durée du congrès à 3 jours… et aimeraient que l’obligation de rester le dernier jour jusqu’à 18H soit levée ou associée d’une présence des notaires dans les allées !

 

À noter : 20 % d’entre eux assistent à d’autres manifestations : Maillot, université du notariat, Cyclonot…