Quelle est la tendance du marché immobilier ? Arrêt sur image à travers cette tendance du marché immobilier, la 90e depuis son lancement en décembre 1998 ! Les résultats sont issus d’une enquête réalisée, de novembre à décembre, auprès d’un panel de notaires.
Tendance concernant l’activité

JPG - 46.1 ko

Sur le plan des avant-contrats, la légère amélioration observée en fin d’année n’a pas suffi à rétablir la confiance des négociateurs pour les deux mois à venir. “Petit sursaut de compromis ce mois de décembre. Incertitude pour début 2013”, indique-t-on en l’étude bretonne de Mes Jegou et Bouvier. Ce sursaut d’activité se constate aussi sur les terrains à bâtir, la suppression de l’abattement progressif pour durée de détention n’y étant, peut-être, pas étrangère. Mais ce léger rebond, correctement anticipé par notre panel il y a deux mois, ne peut pas cacher la chute d’activité surprenante dans les opérations patrimoniales de fin d’année. Comme si la multiplication des dispositions fiscales avait annihilé toutes volontés de changement.

 

Tendance concernant les prix

JPG - 59.4 ko

Dans le logement, tout particulièrement en province, l’année 2012 s’est caractérisée par une lente érosion des prix, prolongeant une tendance commencée à l’automne précédent. En 2011, pour les maisons qui représentent 80 % du parc immobilier provincial, l’indice Notaire-Insee cumulait à 107. Depuis, tout comme notre graphique qui avait anticipé cette baisse 6 mois plus tôt, il n’a pas cessé de descendre pour atteindre 104,8 un an plus tard. Fin décembre, les prévisions demeurent toujours pessimistes pour les 2 mois à venir  : 74 % de nos correspondants prévoient une baisse des prix.

 

Le conseil des notaires

JPG - 41.7 ko

Les réponses des notaires à notre enquête demeurent assez partagées, comme s’il existait une France à deux vitesses. Si une majorité d’entre eux, observant une baisse des prix, conseillent la revente d’un premier bien avant l’acquisition d’un autre, 25 % des sondés se prononcent toujours pour l’acquisition avant la revente et 12 % pour une position d’attente. Il faut dire qu’au cœur des grandes villes ou pour des quartiers périphériques recherchés, à Paris comme à Lyon ou Bordeaux, la tendance baissière ne s’est pas encore fait réellement sentir. Les prix demeurent stables, voire légèrement à la hausse. En revanche, sur la majorité du territoire, là où la contraction du volume des transactions atteint et même dépasse 30 % en un an, la baisse des prix est beaucoup plus sensible.

 

Évolution de l’environnement économique

Suivant le dernier indice de confiance en l’avenir, publié par la revue Challenges, et reposant sur une enquête réalisée les 3 et 4 janvier 2013, un léger vent d’optimisme semble souffler sur le moral des ménages. A cela, s’ajoute une amélioration de la confiance des Français envers les décisions prises par le président de la République. Tout cela devrait influer positivement sur la consommation et, ce faisant, sur la croissance de notre économie.

 

NDLR : cette tendance a été rédigée le 17 janvier 2013