Cher Père Noël, tu as dû t’inquiéter de ne pas recevoir ma lettre plus tôt ? En vérité, j’ai été très sollicité ces derniers temps. La chasse aux niches ayant commencé plus tôt cette année, cela a provoqué la venue de nombreux clients. Ce fut un tel “rush” que j’ai cru, un moment, que tu t’étais installé à Bercy ! Et puis, avouons-le, contrairement à tes clients, les “miens” ne viennent pas me voir tous les ans pour me passer commande…

 

Incontestablement, nous ne sommes pas sur le même créneau. Tes clients sont jeunes, joyeux et ne se soucient pas du lendemain. Les miens sont d’âge mûr, préoccupés par les droits de mutation qui ne cessent de monter. Ils pensent à leur avenir et à celui de leurs enfants. Dans la bonne humeur, tu distribues toujours plein de jouets “made in China”, aggravant un peu plus la balance des paiements. Avec mon équipe (pas encore délocalisée), je m’emploie, souvent dans la fébrilité, à honorer entre autres des obligations fiscales. Celles de mes clients et les miennes. Si l’effervescence des fêtes te permet de tenir tout un exercice, je dois, pour ma part, chauffer le “Radar” et faire tourner mon étude toute l’année…

 

Mes clients sont super et, pour eux, j’ai tout fait !

JPG - 35.3 koA commencer par la réception (c’est le premier sourire) que j’ai relookée, grâce à une mutation interne, en lui donnant un sacré coup de jeune : une fontaine pour les plus assoiffés, un espace jeux pour les bambins, un écran pour les annonces immobilières et l’info juridique, un porte clé aux couleurs de l’étude pour les heureux acquéreurs, une pochette sur papier glacé pour les documents importants remis après les signatures (à ne pas oublier d’emporter aussi pour les rendez-vous en second)… Consacrant près d’une douzaine d’heures quotidiennes à l’étude, j’écoute, j’écoute… et je sais que ma boîte n’est ni le bureau d’aide sociale, ni un tiroir-caisse. J’épluche, chaque semaine, les questionnaires de satisfaction qui me sont retournés par des clients, contents ou non. Les “pros” du marketing répètent qu’il faut “savoir faire crier le client qui se plaint” pour essayer de détecter les problèmes d’une entreprise, faute de pouvoir injecter un sérum de vérité sur chaque collaborateur !Comment “doper” ma clientèle ?

Certes, je n’ai pas de parking gratuit, ni les talents d’un orateur émérite s’exprimant sur les ondes ou animant des conférences grand public… Devrais-je, pour autant, fréquenter un de ces incontournables “clubs services” qui ne soit pas encore investi… par un confrère ? Faire, plus souvent, les sorties de lieux de cultes, ne pas rater les enterrements et les mariages, m’impliquer dans une association de parents d’élèves, occuper la fonction d’assesseur-citoyen pour tenir un bureau de vote certains dimanches, fréquenter les courts de tennis, parcourir les terrains de golf, aller à la chasse ? Epuisantes perspectives. Mais comment susciter une saine émulation sans prendre le risque de m’engouffrer dans cette honteuse concurrence qui anime les marchands ? Et les clients des “autres”, qu’est-ce qui les motive finalement ? N’est-ce pas par pure routine, par un attachement viscéral aux murs, qu’ils sont “ailleurs” ?

 

Alors, pour Noël, donne-moi ton “truc”…

Après bien des hésitations, je passe commande auprès de toi, pour cette année. Au demeurant, c’est tout simple : pour Noël, je voudrais que tu me livres ton secret. Ton “truc” pour faire venir, chez moi, plein de clients enthousiastes (certes, un peu plus âgés que les tiens), ne rechignant pas à payer les frais ! Mieux : des clients fidèles qui reviendraient tous les ans et en réclameraient encore plus ! Bien sûr, je compte sur toi pour que cela reste entre nous… Cher Père Noël, j’attends ta réponse avec impatience, car, à vrai dire, je crains que la “fièvre taxeuse” de nos chers élus, ne vienne, à terme, contrarier l’activité soutenue de ces derniers mois.