Eric Chaton, Président de la Chambre interdépartementale des notaires de la Cour d’appel de Reims, nous dit avoir “regretté comme beaucoup l’absence de médiatisation des états généraux du notariat”. Il nous fait parvenir la copie du courrier qu’il a adressé le 15 mars dernier au CSN. Nous en reprenons les grandes lignes.

 

“Les états généraux du notariat ont rencontré un énorme succès (…). Je trouve toutefois regrettable qu’il n’ait pas été donné à cette manifestation l’écho médiatique qu’elle méritait. Tous les ingrédients étaient réunis : une mobilisation de plus de 7 000 notaires, toutes les études fermées avec le même message d’informations sur tous les répondeurs, la présence du Garde des Sceaux…

Or, elle a été totalement passée sous silence. (…) Quel gâchis après tant d’argent et d’énergie dépensés ! (…)

Je veux bien comprendre que la situation des notaires n’intéresse pas beaucoup le grand public, mais n’y avait-il pas possibilité d’organiser des conférences de presse et de provoquer des interviews ?

(…) Cela aurait été l’occasion d’expliquer non pas que nous souhaitions conserver nos “privilèges”, mais que nous voulions défendre notre modèle juridique de droit latin, gage de sécurité, d’équilibre et permettant l’accès au droit à tous, face au système anglo-saxon dont nous avons pu mesurer les effets pervers, avec notamment la crise des “subprimes” aux Etats-Unis. Après le Zénith, je m’attendais naïvement à être contacté par les journalistes locaux. Il n’en a rien été… C’est dommage ; nous souffrons d’un déficit d’image, nous ne communiquons pas assez.

Nous avions là l’occasion unique de le faire et nous ne l’avons pas saisie. Je tiens à vous préciser que le point de vue exprimé dans ce courrier est partagé par de nombreux confrères et consœurs qui ont tous eu la même réaction que moi.

Peut-être n’est-il pas trop tard pour faire quelque chose ?”