MATHY_545Savez-vous quel est l’exercice le plus difficile (et de très loin) pour un président de Chambre ? La discipline ?! Non, elle est maintenant du ressort du Conseil régional ! La représentation ? Certes pas ! Chronophage sans aucun doute, mais loin d’être désagréable… Alors ? Bien évidemment les vœux annuels !

L’exercice est périlleux, il nécessite subtilité, maîtrise du langage (écrire qu’on envoie “tous” ses vœux n’est pas synonyme de ses “meilleurs vœux”), sens de l’équilibre entre parité, laïcité et autres susceptibilités aussi mal placées que répandues… Alors ? On s’en tient à des formules standardisées, éprouvées, innocentes ? C’est le plus sûr moyen de passer inaperçu… Pas présidentiel pour un sou ! Seul face à son écran livide, on essaye de trouver l’idée originale. L’angle nouveau sur lequel attaquer un sujet recuit. Le couplet de l’optimisme ? Déjà vu ! La litanie de la crainte et l’exhortation au courage ? Peu enthousiasmant ! Les vœux de juriste ? Bof, ils ont sûrement tous reçu ce texte, au moins une fois, d’un de leurs correspondants… Alors, puisque l’écran reste vide, on tape “nouvel an” dans le moteur de recherche, histoire de trouver une piste… Révélation étonnante ! Il n’y a pas “un”, mais des dizaines de “premiers de l’an” :
– nouvel an orthodoxe le 6 janvier ;
– nouvel an russe le 13 janvier ;
– nouvel an chinois, cette année     le 31 janvier ;
– nouvel an persan (Norouz) le 21 mars ;
– nouvel an indou le 23 octobre ;
– nouvel an juif (Rosh Hashana), cette année le 25 septembre ;
– nouvel an celte (plus connu sous le nom d’Halloween), cette année le 31 octobre ;
– nouvel an musulman (Raas assana), cette année le 4 novembre, sans parler du nouvel an belge, qui se fête le 21 septembre “à peu près”.
Voilà donc pourquoi, mais aussi comment, a germé en Saône-et-Loire, en janvier 2012, l’idée d’un “nouvel an notarial”. Après tout, depuis le temps que divers médisants objectifs souhaitent notre disparition, pourquoi ne pas fêter, chaque année, le fait d’être encore là, actifs et performants ?

Fêtons l’anniversaire de la loi de Ventôse !

Le 16 mars 1803, c’est notre année zéro, notre point d’origine. Depuis cette date, 210 années se sont écoulées, et chaque année de plus relève de l’exploit ! Saluons ici l’efficacité de nos instances qui, tout particulièrement ces dernières années, font tout pour nous protéger d’attaques incessantes et de plus en plus violentes. Pour leur rendre hommage, mais aussi pour souligner l’importance que nous accordons à nos valeurs, à notre service public, à l’authenticité, et faire savoir à nos concitoyens que nous sommes là et bien là, et aux hérauts de la “common-law” que nous sommes “alive and kicking”, réunissez-vous ! Notaires, collaborateurs, actifs ou retraités, partenaires-amis, montrez votre passion pour ce que nous faisons, pour ce que nous sommes… Un peu d’orgueil bien placé n’a jamais fait de mal à personne ! Le notariat n’est pas une maladie honteuse génétiquement transmissible ! Mettons-nous en pleine lumière ! Montrons à tous et à chacun que nous ne sommes ni des vestiges ni des reliques, que nous savons pourquoi nous sommes et ce que nous sommes, disons haut et fort pourquoi ils gagneraient à mieux nous connaître, sortons du technique pour toucher l’humain ! Célébrons ensemble et publiquement, pour la première fois, à défaut du 15 mars 2014 au soir (1), aux environs du 16 mars prochain, le premier NOUVEL AN NOTARIAL. Le Forum Alternative(s) Notaire(s) (www.fan.notairz.fr) vous fournit déjà quelques idées, quelques liens, et nous y attendons en rubrique “blog” les photos et récits de votre approche de l’évènement !

1 – Car, malheureusement, le 16 est un dimanche, ce qui s’avère aussi malencontreux que si le jour de l’an tombait un vendredi 13 !