« Si comme dans les rêves de votre enfance, vous pouviez exaucer un vœu… ». Les réponses à cette question ont été nombreuses. Nous reprenons ici quelques vœux qui illustrent les tendances fortes et qui, pour la plupart, pourraient s’inscrire dans notre traditionnelle « idée du mois ».
 
Bravo à tous !
 

 

« Enlever toutes ces tâches fastidieuses et souvent inutiles mangeuses de temps » , Christiane Schoepff ( Alpes-Maritimes).

 

« Moins de lois et plus de courage » , Me Renaud (Tarn et Garonne).

 

« Passer du notariat “gaulois” au notariat européen » , Alain Maillard (Ille-et-Vilaine).

 

« Etre plus confraternels et respectueux les uns envers les autres en toutes circonstances » Mathieu Maurin (Tarn-et-Garonne), Jean-Louis Lamour (Côte d’Or) et Jean-Claude Duhamel (Ille-et-Vilaine).

 

« Pour les petites études, prévoir des solutions pour régler les problèmes d’absence ou d’insuffisance de personnel en créant des “clercs volants” par exemple qui seraient rattachés aux Chambres des notaires et qui pourraient assister un notaire en difficulté ou surchargé de travail » Mireille Faivre (Meuse).

 

« Création d’une Caisse de péréquation pour les “petits” actes qui dédommagerait les notaires ruraux rédacteurs de ces petits actes » , Christian Dalle (Lozère).

 

« Aider prioritairement le notariat rural pour éviter sa disparition » Michel Babut (Maine-et-Loire).

 

« Tous unis et tous solidaires » , Christophe Villin (Côtes-d’Armor).

 

« Augmenter le nombre des notaires, augmenter les salaires des collaborateurs pour des offices plus efficaces » , Gérard Benoist (Vienne).

 

« Comme dans Astérix le Gaulois, que le village « notaires », en lutte avec les Romains “professions juridiques”, soit invincible et qu’à la fin de chaque épisode, après la victoire, que tout le village célèbre cette nouvelle victoire, à l’exception du Barde (qui serait le vilain confrère qui existe dans chaque département et qui a toujours une fausse note) ! » Gérard Barbe (Sarthe).

 

« Décoiffer » la profession pour lui donner un peu plus de panache, lui donner un peu plus de cette fougue insolente qui permet les bonds en avant », Amandine Hamelin (Indre-et-Loire).

 

« Que le notariat soit mieux connu, démystifié et notre travail reconnu : cela nécessite un peu de pédagogie et de la publicité » , Florian de Larmalière (Loiret).

 

« Que le président du CSN soit Merlin l’enchanteur et qu’il réalise les vœux de chacun » Yves Meya (Puy-de-Dôme).