Du 2 au 6 mars dernier, un groupe de onze notaires français, venus de différentes régions de France, et dont la moitié d’entre eux découvraient Israël, a participé à cette Mission d’études, inédite et passionnante, organisée par le Keren Hayessod* dans le cadre de son centenaire : formation juridique sur le droit israélien, découverte de programmes sociaux du Keren Hayessod, visite de sites culturels et touristiques incontournables d’Israël …

Cette mission, qui s’est déroulée sous un soleil radieux, et dans une ambiance studieuse, chaleureuse et conviviale, était orchestrée  par Karine Boukris, responsable Legs et Donations au sein du Keren Hayessod, auteure de cet article, et qui a accompagné les notaires présents.

 

Quels sont le rôle et les missions de l’avocat-notaire en Israël ? Comment déterminer la loi et la fiscalité qui s’appliquent lors du règlement d’une succession entre la France et Israël ? Comment sont appliqués les régimes matrimoniaux français par lesjuridictions israéliennes ?

Telles étaient quelques-unes des très nombreuses questions abordées durant cette mission.

Ces sujets, liés au départ régulier vers Israël de nombreux citoyens français, et à des situations de plus en plus courantes de personnes et de familles vivant entre les deux pays, sont traitées fréquemment par les études notariales françaises. Grâce à la présentation de plusieurs cas pratiques juridiques, les notaires ont pu acquérir une meilleure connaissance et compréhension du système juridique israélien, et dialoguer avec leurs confrères et consœurs sur des thématiques partagées.

Les notaires ont eu la chance de rencontrer le Professeur émérite Claude Klein, ancien doyen de la Faculté de droit de l’Université Hébraïque de Jérusalem, qui leur a présenté l’histoire et les fondements du système juridique israélien.

La visite de la Knesset (parlement israélien) a été l’occasion de découvrir le droit parlementaire en vigueur et le fonctionnement du vote des lois en Israël ainsi que l’évaluation des politiques publiques, tout en admirant les majestueux vitraux de Marc Chagall, menant à la salle des séances. Une présentation du droit rabbinique et l’implication du droit religieux dans plusieurs aspects de la vie civile israélienne (mariages, divorces, etc.), a également captivé l’auditoire de juristes.

Le Keren Hayessod a souhaité aussi faire découvrir aux notaires les programmes qu’il soutient. Parmi eux, Amigour, un programme destiné aux derniers survivants de la Shoah et aux personnes âgées en situation de grande précarité.  Le groupe a pu visiter les logements protégés des Résidences de retraite Amigour et échanger avec l’une des résidentes, venue d’Ukraine. Une rencontre très émouvante !

La visite de la Vieille ville de Jérusalem, berceau des grandes religions monothéistes, fut l’occasion de découvrir les lieux saints de la ville, temps de partage, d’émotion et de recueillement pour tout le groupe.

Enfin la découverte de Yad Vashem, Institut international pour la mémoire de la Shoah, avec ses Murs des Justes, français et étrangers, ayant,  au péril de leur vie, sauvé des Juifs pendant la seconde guerre mondiale, a représenté un moment inoubliable pour tous.

Des visites culturelles et touristiques telles que celle des ruines antiques de la ville de Césarée, sur les traces de l’empereur romain Hérode, un magnifique concert de musique classique donné par l’Orchestre Philarmonique d’Israël, la visite du Musée d’art moderne de Tel-Aviv, une soirée Jazz, la visite du port antique de Jaffa, et la découverte des saveurs de la gastronomie d’Israël ont ponctué ce voyage à la fois instructif, enrichissant et enthousiasmant.

Une première édition très appréciée, et qui sera reconduite, nous en tiendrons informés les lecteurs de Notariat 2000. A bon entendeur…

 

karine.boukris@kh-aui.fr

www.keren-hayessod.fr

  • Créée en 1920, RUP en Israël, le Keren Hayessod est une association qui agit dans le domaine social en aidant les personnes vulnérables, en oeuvrant à la coexistence entre les peuples, en participant à l’intégration des nouveaux immigrants et à des projets de recherche médicale.