Anne-Gaël Pary-Avril nous transmet une petite recette de “macronnade”. Attention, c’est un peu indigeste, mais notre consoeur précise que “l’imodium est gracieusement distribué à la fin de la dégustation”.

– Prendre un ancien, mais, jeune banquier,
– Ajouter quelques dents qui rayent le plancher et une cuillère de sornettes,
– Verser un grand bol de démagogie,
– Mélanger avec un sourire de jeune premier,
– Ajouter un soupçon d’ironie, trois grande cuillères de mauvaise foi et une louche de communication,

Laisser reposer… mais pas trop.
Quand le mélange a gonflé, faire un pas en arrière tout en avançant (pas facile hein ?)
Ajouter (très important), une plainte pour menace de mort, sans oublier la larme à l’œil,
A ce stade la recette devient compliquée, voire diabolique,
Il faut rapidement mélanger les ingrédients suivants :
– La mise au placard du garde des sceaux (ou sots),
– La mise en avant de la modernité version common law (pardon, droit canon !)
– La promesse d’économies virtuelles,
– Un shoot de renvoi dans ses 22 de l’assemblée nationale ( et oui recette 3 mac(a)rons)
– Une dose de 49 alinéa 3 (attention cet ingrédient ne sera plus utilisable pour aucune recette avant quelques mois…)
– Sans oublier, dans le même temps, d’écraser la rébellion du tabellion. Celle-ci réduite en purée, l’incorporer au mélange obtenu.

Faire cuire de longs mois (pour que la purée de tabellions gonfle bien)…
Et vous obtiendrez un les articles 12, 13 bis, 14, 18 et 21 de la loi pour la croissance et l’égalité des chances économiques…

Anne-Gaël PARY-AVRIL