Elle s’appelle Joannie Charron, elle est blonde, a un cœur “gros comme ça” et elle est notaire au Québec. A Saint-Étienne-de-Lauzon plus exactement, en banlieue de Québec. Le notariat, elle le pratique à sa façon et le vit à fond. “Dans les facs, on ne nous parle que du métier d’avocat, on oublie les notaires. Tout est parti d’un stylo (Rires). Dessus, il y avait marqué: ‘Notaire, juriste de l’entente’. J’ai alors voulu être notaire à domicile pour aider les personnes vulnérables : les personnes handicapées, en phase terminale, les malades, les personnes âgées…“.

Très médiatique, cette notaire hors norme a réussi à créer un contact unique avec sa clientèle. Ayant à cœur le bien-être de ses clients, Me Charron se démarque par son travail à domicile (!). Pour “visiter” ses “protégés”, Joannie Charron ne lésine pas sur sa disponibilité. Elle monte également tous ses dossiers elle-même et communique très largement sur ses prestations (cf notre photo). « Je veux rendre le notariat le plus accessible possible. Je ne facture pas pour un échange de courriels ni pour un appel téléphonique. Je fais moins d’argent, mais c’est mon choix » confiait-elle en mai 2016 à Stéphane Champagne, un journaliste de la presse +, venu l’interviewer sur les recommandations de la Chambre des Notaires du Québec. En novembre 2016, c’est la revue Droit inc. qui s’intéresse à elle et lui accorde une pleine page (“Une notaire hors norme“), l’occasion de souligner son humanisme. Une certaine vision du notariat, reste à savoir si elle est exportable…