Dans “1984”, le célèbre roman de Georges Orwell, la “novlangue” permet de dire tout et le contraire de tout avec des termes très basiques. Quelques perles “novlanguiennes”, propres à notre métier, existent. Attention, il ne s’agit pas des classiques gags sur “le jus de fruit”, ou “l’entrée en jouissance immédiate de l’épouse survivante”, mais plutôt des mots modernes, ronflants et pédants, voire des sigles idiots, propres à faire des phrases incongrues. Ainsi le “dépéheu” (“D.P.E.”) évoque immédiatement “le diagnostic de performance énergétique”, le “spank !” (SPANC) signifie tout de suite le diagnostic de la fosse septique…

images-6Une amie journaliste s’intéressant fortement au jargon des Français et me sachant notaire, me demandait l’autre jour si nous pouvions collecter, tous ensemble, un florilège digne d’être publié. Voici dès à présent quelques propositions pour enrichir notre vocabulaire…

Enregistrer sur dictaphone…  => Un parluscrit

Enregistrer sur dictaphone en étant en Corse => Un chantuscrit

Œuvrer en parlant dans un bistro bruyant =>  Un hurluscrit

Œuvrer pendant une cérémonie shinto => Un chuchotuscrit

Écrire pendant la traversée d’Audierne à l’Ile de Sein à la mi-février => Un mouilluscrit

Écrire pendant une cérémonie chamanique => Un râluscrit

Rendre service aux malentendants => Un mimuscrit

Rendre service aux malvoyants => Un touchuscrit

Écrire en russe =>Un cyrillicuscrit

Écrire en égyptien ancien => Un hiéroglyphuscrit

Écrire sur papier ancien => Un papyruscrit

Écrire sur du bois => Un xyluscrit

Écrire sur une pierre => Un lithuscrit

Écrire dans la station spatiale => Un spaciuscrit

Les gars et les filles, à vous de jouer maintenant ! Sautez sur vos outils-scripteurs (stylos) et vos “tapuscrits” (ordinateur) pour alimenter notre dictionnaire novlanguien !

Paul-Etienne Marcy