Si l’on en croit les affirmations de Bruno Lasserre, lors de son audition le 10 février dernier, notre futur tarif devrait bientôt sortir et, avec lui, la magnifique idée de “plafonner les émoluments à 10 % du prix exprimé”.

Notaires mailleurs, mes frères, dès l’annonce de cette merveilleuse évolution de notre tarif, nous devrions voir arriver en masse les clients qui, depuis la création du « Forfait Publicité Foncière », avaient :

  • laissé dormir dans nos étagères des actes rédigés devenus trop chers pour être signés ;
  • tourné les talons à l’annonce du montant des frais…

Pour ce travail important – même Monsieur Lasserre le reconnaît – nous n’aurons pas le choix de refuser notre ministère car nous sommes notaires et avons l’honneur d’assurer ce service pour le bien de la profession !

Nous travaillerons donc, c’est une évidence. Non seulement pour rien (c’était le cas jusqu’à présent, mais sur un nombre d’actes partiellement limité par le coût), mais pour bien moins que rien… 10 % d’une parcelle de 100,00 € (ne riez pas, Urbains,  j’ai déjà 2 actes à ce prix et moins dans mon répertoire depuis le début de l’année !). Ça ne paie même pas télé@ctes, que nous n’avons pas le droit de répercuter en débours, puisque c’est “notre choix” ! Pas grave, ça payait à peine l’encre, la copie, les chemises et l’envoi si nous le faisions à l’ancienne…

Bref, la période des vaches maigres (pour ne pas dire vaches mortes) s’annonce, et, soucieux de notre avenir commun, je vous invite à consulter notre rubrique culinaire, adaptée aux circonstances, avec la recette de la soupe aux pierres  ! Bon appétit !

Didier Mathy