Cette 20e édition a débuté par un forum auquel participaient Jacques ISNARD, président de l’Union internationale des huissiers de justice et officiers judiciaires, Mihai DUCU, président de la Chambre nationale de Roumanie, José Carlos RESENDE, président de la Chambre des solicitadores de Lisbonne et Dariusz POTKANSKI, trésorier adjoint de l’Union internationale des Huissiers de justice de Pologne. Ensemble, ils ont réfléchi à l’avenir de la profession au niveau européen, notamment pour la circulation des actes et leur exécution. Pour les huissiers de justice, le cœur du problème européen réside essentiellement dans ” la signification “. Aujourd’hui, différentes situations sont à envisager, l’une d’elles passant par la création d’un professionnel de la signification en Europe. De même, les ” pro-européens ” se plaisent à imaginer la mise en place d’un tarif européen unique. Présent lors de cette matinée de travaux, Dominique PERBEN est quant à lui revenu sur l’actualité législative, à savoir sur le décret permettant aux huissiers d’accéder à l’identification des comptes bancaires -ce qui est un gage d’efficacité pour la profession- et sur une loi récente qui pose comme principe l’obligation de dépôt des fonds appartenant à des tiers sur un compte affecté. Cette nouveauté permet de passer d’un régime de liberté totale à un régime encadré, sans nul doute inspirée de la pratique notariale, les notaires ayant déjà ce système pour les fonds de leurs clients…

L’après-midi, les interventions ont démontré qu’huissiers et notaires avaient des préoccupations similaires. En effet, si le dossier de l’adaptation des mesures d’exécution au niveau européen (et plus particulièrement à la saisie-attribution dont il convient de sauvegarder la spécificité) a eu la part belle, il a été également question de la modernisation du tarif et de la formation. Pour Yves MARTIN, Président de la Chambre nationale des huissiers de justice, il faut pratiquer la sélection des jeunes avant leur entrée dans la formation professionnalisée et envisager le déroulement du stage sous un angle plus moderne. Même constat le lendemain, lors de la présentation du plan de communication 2005, où il a été rappelé la nécessité ” d’être mieux connu, mieux reconnu ” et, pour ce faire, de séduire lycéens et étudiants en les accueillant au sein des études et en les informant. ” Notre ambition est de développer une force commune et de générer un élan pour réussir ” a expliqué Paul ROCHARD, vice-président de la Chambre nationale des huissiers de justice pour justifier ce nouveau plan de communication. ” Nous ne sommes plus des défenseurs, nous sommes devenus des guerriers “.

Enfin, si les huissiers entendent bien devenir incontournables dans le monde de l’entreprise (plus précisément auprès des PME/PMI), ils n’en délaissent pas moins ” le consommateur ” dans son ensemble et vont organiser, partout en France, en septembre prochain, une ” grande journée portes ouvertes ” (la date n’est pas arrêtée, elle aura lieu soit le 22, soit le 29 septembre), au cours de laquelle tous les huissiers de France consulteront gratuitement dans leurs études. Une sorte de ” Maillot des huissiers “, qui se veut avant tout un grand “boum médiatique “, et sera conciliée avec une action de mécénat au profit d’une œuvre caritative…

 

Martine Zaoui (Lyon).