10 000 notaires communicants ! C’est l’objectif que s’était donnée, fin 2011, la 62e session de l’Assemblée de Liaison. Pendant 3 jours, 4 mousquetaires du notariat – le rapporteur général Alain Gautron, notaire à Saint-Malo (35), Sylvie Paillard, notaire à Rennes (35), Caroline Bodiguel, notaire à Bouaye (44), Stéphane Adler, notaire à Paris- ont invité plus de 700 notaires (dont leurs 314 confrères délégués) à réfléchir aux améliorations qui pourraient être apportées à leur communication. A l’arrivée, 19 propositions ont été adoptées (par vote électronique !). Retour sur le film de cette session 2011, ponctuée de débats vifs et passionnés…

 

JPG - 68.6 ko

On attendait beaucoup de cette Assemblée de Liaison. Et pour cause ! Le thème en lui-même nous avait mis l’eau à la bouche ; d’ailleurs, il y avait du pain sur la planche, et, on le savait, l’équipe ne manquait pas d’arguments. C’était sûr : nous allions entrer dans une ère nouvelle, celle des 10 000 notaires communicants ! Mais voilà, c’était sans compter sur la salle, plutôt conservatrice dans son ensemble, arcboutée sur quelques vieux principes, malgré le consensus trouvé pour la communication des instances. Ainsi, pas de communication individuelle tous azimut (sauf à instaurer des garde-fous), pan sur le bec du notaire qui interviendrait publiquement sans avoir informé préalablement son président de chambre (mieux vaut encadrer), gare aux objets publicitaires (vite jetons un voile pudique sur ces objets !), halte aux actions de mécénat à titre individuel qui ont des relents de pub perso (si, si  !), pas question de développer le fichier clients de l’étude pour communiquer sur les dispositions législatives (ça pourrait privilégier les grosses études)… Certes, il faut occuper le terrain, donner plus de visibilité au notaire, libérer la communication, mais à condition de (faire) contrôler cette même communication. La solution : la création d’une charte de la communication, balisée et validée par les instances, fixant clairement les droits et les obligations de chacun et qui serait intégrée dans le règlement national. Reste à savoir si, à vouloir trop maintenir le couvercle sur la marmite et à crier au loup dès qu’il est question d’initiatives personnelles, les notaires ne prennent pas le risque de faire tout exploser d’un seul coup…

 

JPG - 74.9 ko

 

Les propositions votées

• Nommer les délégués régionaux à la communication pour un mandat de 4 ans renouvelable une fois.

 

• Nommer les délégués départementaux à la communication pour un mandat de 3 ans renouvelable une fois.

 

• Former obligatoirement en début de mandat les délégués régionaux et départementaux à la communication.

 

• Créer une bourse d’échange des actions de communication menées localement pour créer une émulation entre les régions et encourager les plus dynamiques.

 

• Instituer un prix de la communication récompensant, chaque année, les 3 actions régionales ou départementales de la communication les plus réussies.

 

• Former tous les notaires à la prise de parole en public.

 

• Intégrer dans le règlement national une charte de la communication.

 

• Constituer des cellules nationales de notaires communicants spécialisés dans un domaine (immobilier, famille, actualités…) pour créer le buzz.

JPG - 11 ko

• Charger le CSN de développer un outil informatique de suivi de dossiers par SMS pour une meilleure communication des notaires avec leurs clients.

 

• Mettre en place une procédure d’agrément des applications Smartphones individuelles que les offices pourraient adopter.

 

• Créer une cellule de veille active sur la Toile pour surveiller et défendre l’e-réputation des notaires.

 

• Présenter au client le détail du coût de l’acte par le biais d’un diagramme lors de toute vente immobilière et mettre ainsi fin aux termes “frais de notaires”.

 

• Instituer une charte des locaux, comprenant des règles de bases communes à l’ensemble des offices et des règles spécifiques pour tous nouveaux locaux, pour permettre notamment l’exercice de la profession dans les meilleures conditions de discrétion. Ces règles de base pourraient concerner la qualité, l’organisation, l’accueil, le respect des normes et obligations professionnelles…

 

• Rendre obligatoire l’envoi d’un questionnaire satisfaction à chaque client lors de la clôture de son dossier.

 

• Créer la semaine nationale des chiffres de l’immobilier pour valoriser le marché de l’immobilier et relayer cette manifestation dans toutes les régions et départements.

 

• Inviter le CSN à réaliser des portraits de notaires dont les activités professionnelles ou extra-professionnelles sont dignes d’intérêt médiatique et qui pourraient être diffusés sur le site de la profession ou lors d’une campagne de communication nationale.

 

• Créer une fondation en charge des actions internationales du notariat français. • Communiquer nationalement sur chaque opération menée par la fondation.