JPG - 4.7 ko

Les curiosités du JO : Le JO offre parfois de curieuses lectures : un décret du 25 septembre dernier se penche sur le statut des diverses professions juridiques…

Politique de communication : Dans l’édito paru dans le numéro d’octobre de Vie Professionnelle (n° 289), le président Renaud a fait une brillante analyse socio-économique…

Suffrage universel : Jean Castelain ne manque ni d’idée, ni d’activité !…

 

 

Les curiosités du JO

Le JO offre parfois de curieuses lectures : un décret du 25 septembre dernier se penche sur le statut des diverses professions juridiques. Il étend notamment aux « notaires assistants » les équivalences ouvertes pour devenir « notaires honoraires ». Quant aux huissiers, ils pourront désormais exercer la « médiation » ! On n’arrête pas le progrès. Le chroniqueur et écrivain Alexandre Vialatte aurait pu écrire sa fameuse conclusion, titre d’un de ses ouvrages : « Et c’est ainsi qu’Allah est grand » !

 

Politique de communication

Dans l’édito paru dans le numéro d’octobre de Vie Professionnelle (n° 289), le président Renaud a fait une brillante analyse socio-économique. Courageusement, il nous a invités à « faire entendre notre expertise et la voix de la raison ». Cette prise de position doit être saluée à sa juste place : celle du chef. Elle appuie la nouvelle politique de communication qui reçoit l’impulsion d’en-haut. Désormais, la communication personnelle sera autorisée, mais à l’intérieur d’une juste confraternité et à l’exclusion de toute publicité comparative. Au cœur des débats de la dernière Assemblée de Liaison, la communication a également fait l’objet d’un ordre du jour courageux et iconoclaste. Malheureusement, il semblerait que les notaires ne soient pas prêts à libérer la parole notariale…

 

Suffrage universel

Jean Castelain ne manque ni d’idée, ni d’activité ! Profitant de ses derniers jours de bâtonnier de Paris, il a secoué ses troupes en interrogeant ses 25 000 avocats sur la légitimité de la gouvernance et en prônant l’élection d’un seul chef au suffrage universel. 74 % souhaitent un super bâtonnier national élu. Le Figaro nous a rapporté une phrase qui mérite toute notre attention. « La profession d’avocat mérite que son chef ait une légitimité incontestable. Les notaires ont constitué leur profession comme une armée romaine, tandis que les avocats sont restés des Gaulois, sympathiques mais désorganisés ». Castelain ne manque pas d’humour. Il est vrai qu’au fil de nos présidents, le CSN fut consolidé, renforcé, jusqu’à devenir la puissante (et coûteuse) organisation actuelle. En cela, l’auteur n’a pas tort. Il a toutefois omis un aspect essentiel : il s’agit de l’élection au suffrage universel, poursuivie par les avocats et ignorée par les notaires. Outre la légitimité incontestable, ce processus ne manquerait pas, au fil des élections, de susciter des vocations, des programmes pluriels et une vraie démocratie notariale, facteur d’ouverture, de progrès… et pourquoi pas d’alternance !