L’Association de développement de la négociation (ADN) a démarré, les 26 et 27 septembre dernier, son tour de France de la négo à Divonne-les-Bains (Ain). Près de 70 notaires et négociateurs étaient présents.

ADN-Divonne2013-116

“L’Ain est le premier département à nous avoir suivis, il a toujours été fidèle à nos conventions. C’est un département qui négocie. Il nous a donc semblé naturel de commencer notre tour de France par Divonne-les-Bains”. C’est par ces propos que Thibault Sudre, notaire à Bordeaux, président de l’ADN, a accueilli les participants. De quoi aller droit au cœur des notaires et négociateurs de l’Ain présents, à commencer par deux fidèles des conventions : Barbara Breuil, notaire à Ceyzeriat, présidente de la Chambre de l’Ain et Evelyne Beauregard, notaire à Oyonnax, présidente du Groupement de négociation AIN. Proximité oblige, l’Ain enregistrait la plus forte participation (le groupement était venu quasiment au complet !). Toutefois, une dizaine de départements (Aube, Allier, Doubs, Haute-Loire, Saône-et-Loire, Jura, Haute-Savoie, Marne, Seine-Maritime, Gironde et même le Gard !) avait répondu à l’appel de Thibault Sudre et de Stéphanie Demagny, la cheville ouvrière de l’ADN.

Une formule plus conviviale

En organisant 3 conventions régionales au lieu d’une seule sur le plan national, Thibault Sudre a souhaité aller au devant des négociateurs. Ramenée sur 2 jours (contre 3 auparavant), la formule se voulait surtout plus conviviale. Pari tenu à Divonne-les-Bains ! Dès leur arrivée, les négociateurs se sont réunis en assemblée plénière. Gérard Bornot, consultant Antologis et François-Xavier Duny, président de Notariat Services, en ont profité pour faire un arrêt sur image sur le marché immobilier. A l’instar de nombreux négociateurs présents, tous deux ont constaté un léger frémissement de l’activité dans les études (lire également la TMI de Bernard Thion p. 34). Pour l’un comme pour l’autre, le notaire a une carte à jouer et la négo est un excellent remède anti-crise. La séance plénière fut également l’occasion, pour l’assistance, de se familiariser avec l’annuaire de l’ADN (qui regroupe déjà 750 notaires négociateurs répartis sur toute la France), de découvrir l’application immonot Pro, d’échanger sur le fonctionnement en réseaux, de souligner l’intérêt du journal d’annonces notariales (“le papier est un support de communication à concilier avec internet”), mais aussi de revenir sur les modes de distribution. “Le dépôt, c’est magique !” s’est ainsi exclamé le président du réseau GNN 33. Les journaux sont placés à des endroits stratégiques, le journal a une efficacité tout le mois, c’est ciblé et de meilleure qualité”.

Un intérêt pour le viager

Seulement 4 formations étaient proposées à Divonne-les-Bains. C’est celle sur “le viager et l’investissement locatif”, animée par Michel Artaz, spécialiste de la gestion de patrimoine et du viager immobilier, qui a enregistré la plus forte participation (16 participants dont 7 notaires). Les autres formations avaient pour thème : “l’expertise immobilière des terrains” ; “le rôle de l’avis de valeur sur la gestion du mandat” et, enfin, “le système constructif et la pathologie du bâti : les nouveaux enjeux des diagnostics et des réglementations thermiques”.
En octobre, l’ADN poursuivra son tour de France et fera étape à Capbreton.

Les “négo” dans la course

ADN-Divonne2013-160
Tout est parti lors du déjeuner. Patricia Gallecier et Rémi Perche, deux négociateurs du Doubs, ont lancé l’idée de finir la journée par un footing. Viendrait qui voudrait ! Annonce micro. Le soir, une dizaine de notaires et de négociateurs, issus de plusieurs départements, avaient chaussé leurs baskets. Les participants aux prochaines conventions (Capbreton les 17/18 octobre et Le Touquet les 28/29 novembre), relèveront-ils le défi (avis aux amateurs) ? Le jogging des négociateurs deviendra-t-il bientôt “un incontournable” ? A suivre…