L’académie notariale a la lourde charge de donner ce mois-ci la définition d’un mot commençant par la lettre X. La lettre, en elle-même, est d’une richesse telle qu’on pourrait être étonné du peu de mots dont elle est l’initiale. Tant à dire en un seul caractère…

 

Dix en numérotation latine se mue en dix-mille dès lors qu’on le surmonte d’un trait. On ne trouve une telle mutation qu’avec le suffixe “.not” qui, lui aussi, rajoute trois zéros à vos factures, démontrant que les “.not” sont les champions du monde de la facturation (et un et deux et trois zéros). Prononcé “ex” chez les anglo-saxons, il vous qualifie d’X-men quand vous n’ êtes plus tout à fait humains. Les “.not” pourraient ainsi un jour compter leurs “X-clients”.

Diplômé de Polytechnique, vous êtes “X”. Doit-on en déduire qu’une fois le diplôme en poche, vous êtes déjà “has-been”, “X-génie” ?

Une chose est sûre en tout cas, si les “.not” emploient bien des polytechniciens, ils ne sont pas X, car il n’y a aucune condition de nationalité pour nommer une école “polytechnique”.

En algèbre comme en philosophie, “x” est l’inconnue, ce que l’on cherche. Dans les “.not”, si l’on cherche trop, on vous fait comprendre qu’il faut arrêter de chercher. Il ne vous reste plus qu’à faire… une croix -X- sur votre désir de vérité.

Bref, l’académie n’aime pas les “.not”.