Connaissez-vous Katherine Woolett et Eleanor Maguire de l’University College of London ? Ce sont deux neurologues, anglaises de surcroît, qui viennent de nous fournir un excellent argument pour résister face aux attaques incessantes de nos “amis” avocats.

 

Ces dames se sont en effet livrées à une longue étude du cerveau des candidats à la licence de taxi londoniens et ont mis en lumière une transformation de cet organe chez ceux qui ont obtenu la licence : le volume de leur matière grise a augmenté dans la partie postérieure de l’hippocampe… Quel rapport avec le notariat ? Mais c’est évident, voyons… Lors du rapport Attali, les taxis ont fait l’objet des mêmes reproches que les notaires, il fallait supprimer ces “castes privilégiées”.

La démonstration scientifique vient donc d’être apportée, et par des anglo-saxons s’il vous plaît, de l’existence d’une véritable “déformation professionnelle” : un taxi n’est plus tout à fait une personne standard ! Sachant que la formation d’un taxi londonien dure 4 ans, à comparer avec la durée de la formation d’un notaire français, il ne fait aucun doute que nous soyons différents de tous ceux qui se prétendent capables de nous supplanter. La différence subsistera, qu’ils le veuillent ou non, leur argumentation ne tient pas… Nous sommes, scientifiquement, des Organismes Principalement Intellectuellement Modifiés (Intellectually Mostly Modified Organisms, acronyme : IMMO).

Aussi, plus que jamais nous nous attacherons dans ce numéro à alimenter cet esprit notarial qui vous a été conféré par votre formation initiale, nous l’enrichirons, nous accentuerons son développement…

Mieux encore, nous ajoutons d’autres principes actifs – de nouveaux rédacteurs – à notre posologie, pour être certains d’accroître encore vos spécificités !

Tournez la page et commencez le traitement !