“Notariat 2000 est un journal écrit par des notaires pour des notaires”

 

Il s’est encore trouvé un Président de Chambre pour écrire à Notariat 2000 que nous n’avions “à son sens, aucune qualité pour mener des enquêtes sur un pareil sujet”. Je rappelle, pour mémoire, qu’une telle réaction avait surgi lors de l’enquête sur les Cridons. De réaction à réactionnaire, il n’y a qu’un suffixe que je n’ose pas ajouter. La réponse de Notariat 2000 est la même que pour l’enquête sur les Cridons et que pour toutes les enquêtes que nous aurons à mener dans le futur : Notariat 2000 est un journal écrit par des notaires pour des notaires. Cette constatation et le nombre de nos abonnés payants, auquel il convient d’ajouter ceux qui lisent la revue sans payer, suffisent à assurer sa légitimité.

Quand bien même, les rédacteurs ne seraient pas notaires, cette enquête pourrait-elle être considérée comme inadéquate ? Imaginons qu’elle ait été diligentée par Le Monde ou Le Figaro, voire par Que Choisir… serait-elle choquante ?

La réponse est non, bien évidemment.

 

Le succès remporté par cette enquête prouve :

- qu’elle était nécessaire ;

- accessoirement qu’il était du ressort de Notariat 2000 de l’effectuer puisqu’elle ne l’avait pas été par les autorités professionnelles, lesquelles, aux yeux de certains, avaient, seules, qualité pour la mener.