Arrêt sur image et projection à travers cette 94e tendance du marché immobilier rédigée le 20 septembre dernier. Les résultats sont issus d’une enquête réalisée, en juillet-août, auprès d’un panel de notaires, répartis sur toute la France.

Tendance concernant l’activité

1

La baisse d’activité sur les compromis, inhérente aux périodes estivales, a été plus faible que prévue. La rentrée s’annonce sur des auspices favorables. L’optimisme semble enfin revenir dans les études. Ainsi, à Lorient, chez Mes Brisset et Le Touze, on observe un “frémissement de reprise”. Dans le Puy-de-Dôme, Me Gouny-Fontfreyde note : “Nous avons bien travaillé et des visites ont eu lieu en août, d’habitude calme”. Bien que la majorité des personnes interrogées misent sur une reprise de l’activité, 45 % du panel (contre 52 % en juin) anticipent une baisse d’activité. Graphiquement, cela se traduit par un croisement entre les deux courbes décrivant l’évolution de l’activité passée et future.

Tendance concernant les prix

2

Un vent d’euphorie souffle sur les marchés. En immobilier, que ce soit au niveau des terrains, des commerces ou des logements, les prévisions deviennent nettement plus optimistes et les prix remontent. “La confiance revient, les acquéreurs n’hésitent plus à se lancer. Ils veulent profiter des taux d’intérêt bas. Ils savent aussi que les frais notariés vont augmenter. Les stocks de biens à vendre diminuent” observe Me Lavayssière à Figeac. C’est tout particulièrement le cas dans les régions où la reprise économique se dessine. Sur notre graphique, on observe un renversement de tendance qui laisse augurer une reprise plus durable du marché.

Le conseil des notaires

graph3

A plus long terme, on peut craindre que cette euphorie ne soit que passagère. L’abondance des liquidités n’empêche pas la progression de l’endettement d’un pays, bien au contraire. Aussi vaut-il mieux profiter de cette éclaircie pour se décider à conclure une vente. C’est ce que conseillent, prudemment, les notaires. 79 % d’entre eux sont favorables à la revente d’un logement avant l’acquisition d’un autre. Pour les terrains, 60 % sont plutôt vendeurs qu’acheteurs.

Évolution de l’environnement économique
En mai, le président de la banque centrale américaine avait décidé de faire remonter le taux des crédits. Il avait ainsi déclenché une vague de panique sur les marchés. Volte-face en septembre : il décide de maintenir son taux directeur à 0,25 % jusqu’en 2015 en poursuivant ses injections de liquidité. Du coup, les marchés s’envolent, le CAC 40 passant de 3 800 à 4 200 en moins de trois mois. En outre, aussi bien chez les ménages que chez les chefs d’entreprise, la confiance s’est sensiblement améliorée depuis le début de l’été. Il résulte de ces bonnes nouvelles un état de grâce dont profite aussi l’immobilier.