J’ai fait un rêve…

L’ensemble des lecteurs de Notariat 2000 s’étaient regroupés en association ou plutôt dans ce qu’il est convenu d’appeler “un organisme volontaire du notariat”.

 

Cet organisme prit le nom d’ “Association Notariat 2000-Louis Reillier”. Très vite, le nombre d’adhérents augmenta… L’association dut alors se constituer en fédération nationale, regroupant toutes les associations régionales.

La fédération nationale était constituée d’un Bureau de 5 membres et d’un conseil composé de chaque président régional. Les comités régionaux, dirigés par un président et un bureau, se réunissaient régulièrement pour travailler en commissions sur des sujets qui nous préoccupent tous.

Si tous les adhérents ne participaient pas, ces réunions avaient toujours lieu dans la bonne humeur, la fraternité, la convivialité, mais également avec une ouverture d’esprit jusqu’à présent jamais égalée.

Les résultats des travaux en régions étaient synthétisés et remontaient à la fédération nationale dont le Président, fort de sa représentativité, obtint vite l’écoute attentive de la Chancellerie, du CSN et de nombreux politiciens. Les idées, travaux et propositions furent à l’origine de nombreuses lois. Aucun texte, concernant de près ou de loin le notariat, ne sortait sans que la Fédération Notariat 2000-Louis Reillier ne fût consultée.

La fédération vivait en parfaite autonomie et indépendance, uniquement grâce aux cotisations des membres. Elle finit même par salarier une douzaine de permanents.

Tous les adhérents du Mouvement Jeune Notariat et des syndicats rejoignirent les rangs de la Fédération Notariat 2000-Louis Reillier au grand dam de leurs obédiences d’origine.

Puis finalement, vint un jour où tous les notaires de France devinrent adhérents.

Et je me suis réveillé…