J’ai fait un rêve…

 

Le Comité national d’éthique notariale s’opposait fermement aux clonages de visage. Il avait été saisi par l’Hôpital de Brive-la-Gaillarde de plusieurs demandes concomitantes de divers responsables du notariat qui voulaient avoir la tête de Louis Reillier. Bien sûr, la famille du fondateur de la revue Notariat 2000 n’était pas opposée à ce clonage qui permettait en même temps, la diffusion par mimétisme de la pensée du Maître, et aussi d’engranger des royalties. “Mais enfin où allons-nous ?” écrivait, dans son avis de refus motivé, le Comité national d’éthique notariale. “Quant tous les membres du bureau du CSN auront la tête de Louis Reillier, il ne restera plus d’autre choix à la profession que de transférer son siège à Pompadour.”

La profession sera alors soumise à la pensée unique, au culte de la personnalité, et mettra en oeuvre des idées aussi dangereuses que :

- la péréquation,

- l’invention de sites,

- la multipropriété à révolution progressive,

- la présidence tournante,

- le pèlerinage à Pompadour,

- l’obligation d’abonnement à Notariat 2000…”

 

Heureusement je me suis réveillé.