Entretien avec Maria Cossu, rapporteur général Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le notariat face aux consommateurs si vous allez à Séville du 11 au 16 novembre. Pour sa 35e édition, le Congrès MJN que préside Laurent Noël DOMINJON, notaire à Châtillon-sur-Chalaronne, a en effet décidé de s’interroger sur les relations clients/notaires. Rencontre avec Maria-Antonietta COSSU, rapporteur général du Congrès.

 

Notariat 2000 : Les relations clients/notaires ont-elles changé au cours de ces dernières années ?

M.-A. Cossu : C’est incontestable. Aujourd’hui, nos clients sont de plus en plus informés, en prise directe avec la réalité du monde qui les entoure et se comportent de plus en plus comme des ” consommateurs de produit notarial “, des ” consommACTEURS “. Ce changement a pour conséquence immédiate une exigence de qualité renforcée et implique une remise en cause des relations entre notaires et clients. Il implique aussi que nous apprenions à mieux nous connaître, à mieux nous faire connaître et à mieux communiquer pour assurer notre avenir. Il est effectivement navrant de constater que la plupart de nos concitoyens, certaines associations de consommateurs, dont le Bureau Européen des Unions de Consommateurs et même des commissaires européens, ne connaissent pas le notariat et encore moins ses spécificités.

 

Notariat 2000 : Que vous ont dit les représentants de diverses associations de consommateurs que vous avez rencontrés ?

M.-A. Cossu : Que ce soit l’AFOC (Force ouvrière),l’UFCS (Union féminine civique et sociale), la FNATH (La fédération nationale des accidentés de la vie) ou la CLCV (Consommation, logement et cadre de vie), tous nous ont dit ne pas comprendre ” les frais de notaires “, ont jugé nos délais trop longs et notre système d’auto-inspection ” archaïque “. Chaque fois, les mots clés pour améliorer les relations notariat/consommateurs ont été ” information ” et ” transparence “. À l’issue de la 1ère commission animée par Maurice URVOY et Stéphane HODEL, Jean-Marie CELER nous relatera le point de vue des associations de consommateurs qui ont bien voulu répondre à nos questions.

 

Notariat 2000 : Quelles solutions allez-vous proposer à Séville ?

M.-A. Cossu : Stéphane HODEL suggèrera des réformes et des nouvelles pistes de réflexion, Patricia FENELON présentera la démarche qualité et démontrera qu’il s’agit là d’une vraie voie d’avenir dans l’amélioration des relations Notariat/consommateur et Murielle CLABAULT nous dévoilera un autre type de démarche : la médiation. Puis nous suivrons Catherina MAKOSSO hors de nos frontières pour voir quelles solutions sont adoptées dans le reste de l’Europe, en Afrique francophone, au Québec et si ces schémas peuvent être transposés en France.

 

Notariat 2000 : Quelles sont les nouveautés de ce congrès ?

M.-A. Cossu : Pour créer une vraie ambiance d’auberge espagnole, et parce que les questions du notariat face aux consommateurs sont au cœur de nos préoccupations pour le devenir de notre profession, nous voulons privilégier les débats. C’est pourquoi, nous avons pris la décision, avec Laurent-Noël Dominjon, de rompre avec la tradition et de ne pas faire de rapport pré-congrès. Ce sont nos travaux mais aussi les réflexions des congressistes qui donneront corps au rapport final qui sera envoyé après notre rendez-vous à Séville.

 

Notariat 2000 : Si vous deviez formuler un vœu…

M.-A. Cossu : Que vous soyez tous très nombreux avec nous en commissions pour construire ensemble notre avenir : le Notariat de demain !