Quelle est la tendance du marché immobilier ? Réponse du professeur Thion, en charge des études sur les tendances du marché immobilier pour Immonot.com. Cette tendance s’appuie sur les mois de novembre et décembre 2011, elle a été rédigée le 10 janvier dernier.

 

JPG - 40.2 ko

La contraction d’activité anticipée lors de notre dernière enquête (1) ne s’est heureusement pas réalisée. Pour autant, l’avenir apparaît peu prometteur. Alors que 17 % de nos correspondants ont constaté une amélioration des rentrées de compromis en début d’hiver, ils ne sont plus que 2 % à la projeter dans deux mois. De la même manière, si l’on s’intéresse à l’enregistrement des contrats de ventes, 27 % ont observé une augmentation en décembre, mais seulement 12 % la prévoient fin février. “La hausse d’activité de la fin d’année et de janvier 2012 s’explique par l’évolution de la fiscalité et un effet d’aubaine” précisent les notaires de Maubeuge.

 

Tendance concernant les prix

JPG - 50.5 ko

Partant de l’exploitation des données sur les avant-contrats, les notaires parisiens ont constaté, depuis octobre, une stabilisation progressive du prix des logements en région parisienne. En Province, le mouvement de baisse, anticipé fin avril, aurait débuté cet été (cf. notre graphique). Mais il aurait déjà tendance à s’essouffler, laissant entrevoir une légère reprise pour le printemps. Si cela se confirme, les prochains mois seront donc particulièrement propices à la négociation avec, d’un côté, des vendeurs rassurés par la fin du mouvement de baisse et, de l’autre, des acheteurs conservant l’espoir de bonnes affaires avant qu’il ne soit trop tard. Or, aux Etats-Unis, on observe actuellement une amélioration du marché immobilier. Mouvement qui devrait, tôt ou tard, déborder sur notre continent.

 

Le conseil des notaires

JPG - 18.3 ko

Les notaires, défenseurs traditionnels du patrimoine, préfèrent bien évidemment un mouvement haussier des prix, beaucoup plus tranquillisant pour les propriétaires. Néanmoins, vendre un bien avant d’en acquérir un autre participe aussi d’un réflexe de prudence. Compte-tenu des incertitudes actuelles, il est logique que, depuis quelques mois, une large majorité d’entre eux adhère à ce principe. Cependant, un léger frémissement perturbe ce consensus. En effet, fin décembre, la proportion des conseils à l’achat de logements a augmenté de 8 à 10 %, tandis que celle de vente de terrains s’est réduite de 67 à 66 %.

 

Évolution de l’environnement économique

La mise en place d’une taxe Tobin agite les milieux politiques. En réduisant le flux des opérations financières, elle devrait inciter les investisseurs à favoriser l’immobilier dans leurs placements, bien que la taxation des transactions immobilières soit aussi très pénalisante pour le marché immobilier. En revanche, cela a peu d’effet pour le moment sur la Bourse qui semble avoir trouvé une nouvelle jeunesse depuis le début de l’année avec un CAC40 frisant les 3200.

 

1. Cf. Notariat 2000 n°525, “Faut-il avoir peur de la crise ?”, page 34 et suivantes.