Le notariat est fier, à juste titre, des bases de données immobilières BIEN et PERVAL, qui enregistrent les prix auxquels se sont effectuées les transactions passées. Il s’agit d’un outil à l’évidente utilité. Cela suffit-il pour intéresser le public ?

 

Les chiffres du passé, c’est bien, mais en matière immobilière n’est-ce pas à l’évolution prévisible du marché, surtout en période de crise, que sont sensibles les clients ? Quel est le notaire qui ne se trouve pas confronté à la question : “Maître, que pensez-vous de l’évolution du marché ? Que me conseillez vous ?”. Certes les notaires n’ont pas vocation à jouer les Madame Soleil, mais peuvent-ils se contenter de taper en touche, alors qu’on attend d’eux un éclairage ? Nombre de notaires confessent d’ailleurs se trouver décalés lorsqu’ils ont à pratiquer une évaluation et que le marché bouge (trop) vite. C’est pour cela que Notariat Services a conçu la TMI (Tendance du Marché Immobilier) et l’indice “immonot” des prix annoncés, dont les résultats sont publiés dans les magazines gratuits “NOTAIRES”.

 

TMI et Indice “immonot”

La TMI est élaborée à partir du ressenti d’un panel de correspondants à qui il est demandé leur prévision d’évolution du marché sur la base des opérations en cours dans leur office. Depuis le lancement de la TMI, en 1998, ces prévisions ont été fréquemment corroborées. L’indice “immonot” est, lui, bâti sur l’observation de l’évolution des offres immobilières reçues sur le site immonot.com. Le principe est simple : la qualité des offres et l’évolution des prix demandés par les vendeurs permettent la construction d’un “indicateur avancé” donnant l’évolution probable des prix. Il est à noter que d’autres acteurs du marché, comme Seloger, ont travaillé sur le même type d’outil.

 

Des outils pertinents

C’est dans ce contexte que l’on peut s’étonner de certaines réactions de contestation de la TMI et du nouvel indice Immonot des prix d’offres. Les uns mettent en avant que les seuls vrais prix du marché sont diffusés par Immoprix et qu’il faut se méfier des charlatans. A croire qu’ils n’ont pas bien compris l’intérêt de ces nouveaux outils qui ne sont nullement opposables aux chiffres de Perval, mais bien plutôt complémentaires avec un seul objectif : aider les notaires à être encore plus pertinents sur le marché de l’expertise immobilière. D’autres notaires se sont offusqués de l’annonce d’une tendance globale à la baisse des prix, ce que tous les autres acteurs du marché observent également. Le notariat pourrait-il courir le ridicule d’être le seul à ne pas faire le constat de cette baisse au motif qu’il est préférable de ne pas faire peur aux clients ? Comme si casser le thermomètre faisait tomber la fièvre !

 

Un philosophe chinois nous a enseigné que l’expérience n’était jamais qu’une lanterne éclairant le passé. Le passé est certes important et les notaires en sont les gardiens à travers leurs minutiers. Mais n’attend-on pas d’eux qu’ils aient aussi une certaine vision de l’avenir ?