C’est bien dans son rôle car sinon où pourraient-ils être abordés ? Les articles qui concernent le tarif et les jeunes sont les remontées d’information de nos lecteurs, telles que les perçoivent les rédacteurs. Il ne s’agit pas pour Notariat 2000 de dénigrer ce qui se fait dans la profession au sujet de l’accueil des jeunes et du tarif, mais de tirer la sonnette d’alarme et d’alerter ceux qui ont le pouvoir de faire évoluer ces questions.

 

Au sujet de l’accueil, les futurs notaires sont déroutés par l’arbitraire de l’admission en Master 2 et la réponse officielle “Nous prenons les meilleurs” est un peu courte. Quant à la rémunération, ils ont vite fait de comparer avec leurs anciens condisciples qui sont entrés dans d’autres professions. Pour le tarif, Notariat 2000 est obligé de choisir dans la profusion des articles et courriers des lecteurs écrits à ce sujet afin d’éviter qu’il ne devienne un roman-feuilleton… Si l’accueil et la rémunération des jeunes relèvent plus de la conscience individuelle que de la convention collective, la simplification du tarif et les réformes nécessaires pour éviter l’anarchie des frais d’acte, différents d’une étude à l’autre, dépendent de la volonté politique de nos élus. Notariat 2000 continuera à sensibiliser le lecteur sur ces problèmes pour ce qu’il pense être le plus grand bien du notariat.