C’est l’électron libre du notariat et la seule revue indépendante de la profession. Depuis sa création, il y a un peu plus de 40 ans, Notariat 2000 n’a eu de cesse d’amorcer et d’ouvrir le débat, facteur d’ouverture et d’évolution. Mais vous, lecteurs, comment percevez-vous la revue ?

Qu’on se le dise ! Notariat 2000 a toujours la cote ! Souvent qualifiée de canard “déchaîné” du notariat, voire d’agitateur d’idées, la revue se plait, depuis de nombreuses années, à concilier informations, opinions et humour. Pour 32 % d’entre vous, Notariat 2000 est “une bouffée d’oxygène”. Une tendance en léger recul par rapport à 2011, mais qui traduit bien la bonne vitalité de la revue. En revanche, vous êtes de plus en plus nombreux (64 % contre 47 % en 2011 !) à définir Notariat 2000 comme “la tribune libre du notariat”. Le rôle politique de la revue s’en trouve ainsi renforcé, faisant écho aux propos d’Elizabeth Reillier-Duny, notre directrice de publication, prononcés en novembre 2011, à Dijon, lors de la Journée des structures volontaires par la Chambre des notaires de Saône-et-Loire. “Nous avons la conviction que notre indépendance et notre liberté de parole font de la revue un contre-pouvoir indispensable au notariat de demain. Il n’est pas question de nous désolidariser des instances professionnelles pour lesquelles nous avons le plus grand respect, mais de faire entendre notre voix, une seconde voix… Celle qui donne au chant toute sa beauté et sa plénitude, celle du notariat de demain”.

Au fil des pages…
Alors que seulement 6 % d’entre vous plébiscitent nos enquêtes techniques (sur les logiciels), les enquêtes liées au notariat (inspections, formation, etc.) arrivent en tête des rubriques qui vous plaisent le plus. 65 % d’entre vous aimeraient d’ailleurs que Notariat 2000 enquête sur le management des offices et la qualité et 29 % sur la négociation immobilière. Les brèves, sous toutes leurs formes (les pieds dans le plat, les propos et piques de Jean-Claude, les échos et nouvelles) décrochent la médaille d’argent. Ex-aequo, l’actualité notariale et les points de vue de nos rédacteurs montent sur la 3e marche du podium. Au passage, Lionel Frejaville (Aveyron), salue “le réalisme des scènes de la BD” et nous engage à ne surtout pas supprimer cette double-page d’humour. Sa consœur des Alpes-Maritimes est plus réservée et, nymphette oblige, la trouve sexiste…

Quand vous finissez Notariat 2000…
Comme en 2011, 71 % d’entre vous finissent de lire Notariat 2000 en étant “amusés”. Plus de la moitié d’entre vous est impatiente de lire le prochain numéro (vous n’étiez que 20 % en 2011) et vous êtes 41 % à être interpellés par nos articles.

A noter : 54 % d’entre vous (contre 67 % en 2011) ont connu Notariat 2000 par hasard. Certains de nos fidèles lecteurs, comme Evelyne Beaume (Vaucluse) nous lisent depuis si longtemps qu’ils ont l’impression de nous connaître depuis toujours, mais nous redécouvrent, chaque mois, toujours avec plaisir. Ouf !

La note…
15/20 ! C’est la note que vous nous donnez en moyenne. Un résultat fidèle à ceux obtenus les précédentes années. Au rang des reproches, pas grand-chose. Si Christèle Delayat (Saône-et-Loire) n’en voit aucun et son confrère de l’Aveyron nous invite “à ne rien changer”, Samuel Chauveau (Loir-et-Cher) nous reproche gentiment notre manque d’objectivité. Mais, ajoute-t-il “c’est pour cela qu’on vous lit !”. De son côté, Nicolas Nicolaïdes (Isère) regrette l’omniprésence des références au passé, “parfois un peu redondantes”. Pour son confrère, Notariat 2000 est “un mal nécessaire”, mais il déplore le fait que ce soit une “tribune anti-CSN”. Enfin, une de nos lectrices suggère, “en réponse à la petite pique de Me Tarrade, de changer le titre de Notariat 2000 en Notariat 3000”. Elle nous invite également à twitter et, pourquoi pas, à être davantage présents sur internet et facebook.

Un peu d’histoire…
Notariat 2000 a été créée en 1972 par Louis Reillier, notaire à Pompadour (Corrèze), fondateur du Mouvement Jeune Notariat. La revue est actuellement rédigée par des rédacteurs bénévoles (notaires, notaires assistants, et collaborateurs). Malgré leur présidence de chambre, Didier Mathy, notaire à Sagy (Saône-et-Loire) et Laurent-Noël Dominjon, notaire à Nantua (Ain) assurent la co-rédaction en chef. Plus de 40 ans après sa création, Notariat 2000 a toujours la même soif de liberté, le même optimisme et la même volonté d’apporter sa pierre à l’édifice. Le tout loin des discours convenus et de la langue de bois.