La rentrée s’annonce laborieuse. La réforme de l’hypothèque, la réforme du tarif, même si elles font encore couler beaucoup d’encre, sont entrées en application, et face à n’importe quel changement, on rechigne d’abord. Ce qui n’a pas empêché certains d’entre vous de s’exprimer sur le sujet, histoire d’ouvrir le débat, car cela fait du bien de dire ce que l’on pense !

Oui, Notariat 2000 est et restera “la tribune libre du notariat”, ce qui motive fortement nos rédacteurs et pour le plus grand plaisir de nos lecteurs. Cela est d’autant plus vrai que vous venez de nous le confirmer dans l’enquête de satisfaction menée dernièrement auprès d’un important panel de nos abonnés (cf. page 22).

Toujours à propos du résultat de cette enquête, bon nombre d’entre-vous (presque tous !) se disent friands des divers sondages ou enquêtes que nous traitons dans la revue… Ce mois-ci, “Mnémosyne” est à l’honneur : pour ou contre cette initiative conjuguée du CSN et d’Unofi ? Réponse page 8. Pour terminer avec les enquêtes de ce numéro, nous avons voulu reprendre notre image de « grand méchant loup » avec nos appels téléphoniques anonymes. Aux Chambres d’être sur la sellette ! Cet Observatoire de la Qualité du Service Notarial (OQSN page 39) démontre une fois de plus combien la qualité est aujourd’hui une valeur sûre de la profession.

Ce numéro de rentrée n’en est pas moins éclectique avec des “libres propos” sur des sujets divers et variés comme la gestion de patrimoine, la négociation immobilière, les structures volontaires. De quoi vous faire bondir ou rebondir au gré de vos humeurs ! Les notaires parlent aux notaires, non pas pour démolir ce qui se fait, mais pour des échanges fructueux. Le métissage des idées n’est-il pas le meilleur garant d’un notariat où chaque notaire se sent concerné ?