Nous aurions pu évoquer dans ces pages la publication du rapport de la Commission DARROIS…

 

Nous aurions pu -est-ce tellement difficile ? – présumer du contenu de ce rapport, et vous faire part, par anticipation et à chaud, de nos réactions… Nous aurions pu également pointer du doigt telle ou telle action, tel ou tel intervenant… Mais nous ne le ferons pas. Pas encore… Le moindre défaut de ce type de commission est l’absence de ponctualité, et rien ne nous permet à l’instant où nous écrivons ces lignes, d’affirmer qu’il n’y aura pas, pour telle ou telle raison, un nouveau report du terme initialement fixé. Nous resterons donc silencieux ou presque, nous ne dirons rien qui puisse être directement ou indirectement considéré comme révélateur… Ce silence n’en dit-il pas déjà très long ?! Et, si toutefois, au détour d’une page, vous aviez la sensation d’une allusion, d’une prise de position, ou même d’une affirmation, sachez qu’il s’agirait d’un pur hasard, totalement indépendant de notre volonté. Précisons également, « en tant que de besoin » qu’aucun animal n’a été maltraité, ni blessé pour l’établissement de ce numéro 😉 Nous pourrions évoquer « le calme avant la tempête », « l’œil du cyclone », nos adversaires pourraient même tomber dans le cliché de film d’action « c’est calme, trop calme », mais nous citerons plutôt un auteur, dont certains semblent avoir fait un modèle : « Sachez écouter, et soyez sûr que le silence produit souvent le même effet que la science. » Le nom de l’auteur ? Quelle importance… Allez, un indice : il commençait par un « N », et se prendre pour lui est, du moins généralement, considéré comme un signe de folie…