En son temps, cela doit faire plus de quarante ans, le rapport de MM. ARMAND et RUEFF avait stigmatisé l’immobilisme notarial, et bien sûr, soulevé un tollé général dans le landerneau de la profession. Le concert de protestations aurait été unanime si une seule petite voix discordante ne s’était pas fait entendre, celle de Louis REILLIER, qui, dans les colonnes de “Pompadour, édition notariale” signait un article remerciant les auteurs du fameux rapport d’avoir donné aux notaires “un coup de pied quelque part”, parce que cela allait les faire avancer.

 

Et pourquoi, aujourd’hui, à propos du rapport de Mario Monti, ne pas réagir de la même manière, en disant : “Merci, M. Monti de nous obliger à nous remettre en question. Nous prenons même le pari de vous prouver que le notariat français est capable de se mettre à l’heure européenne”. Le système de l’auto-défense, terrain sur lequel toutes les structures de la profession sont unanimes, est-elle la bonne solution ? La meilleure défense ne consisterait-elle pas à faire preuve d’imagination en étant à l’affût d’activités nouvelles, de celles qui rendent un réel service au public, qui ne sont ni contestables ni critiquables mais qui, au contraire, emportent la conviction et du public et des Pouvoirs Publics ?

 

C’est le rôle de Notariat 2000 de faire des propositions pour qu’un dialogue s’instaure et que chacun puisse s’exprimer. Il y a tant de bonnes idées partout ! Si la lucidité peut se définir comme un mélange de perspicacité, de clairvoyance et d’objectivité dans la vision des choses, je fais le voeu, un peu présomptueux sans doute, que cette vertu ne fasse pas défaut à Notariat 2000. Cette invitation à ” bouger les choses ” que vous fait partager notre équipe de rédacteurs, acceptez-la comme le meilleur moyen de bien défendre votre profession, autant dans votre rôle d’officier public que d’entrepreneur ( Cf art. J.P. Gayot p. 24).

 

Car, comme le dit si bien Denis Jeambar dans un récent édito de l’Express : “ne pas promettre l’avenir mais le préparer”…

 

PS : Des vœux pour Notariat 2000, c’est bien, mais comment faire preuve d’originalité pour vous adresser les miens personnellement, en ce “presque” début d’année ? Peu importe, je laisse parler mon cœur pour vous dire à tous, très chers abonnés : Bonne et heureuse année 2005 !