Depuis plus de 10 ans, Yannick Torché, notaire associé en Bretagne (Rennes), expose des artistes au sein de la SCP Torché-Paillard-Avenel. L’occasion de donner un coup de pouce à de jeunes talents, de mobiliser, tous les ans en novembre, son équipe autour d’un événement fort, mais aussi de renvoyer une autre image du notariat. Témoignage…

 

Notariat 2000 :Quel a été le point de départ de votre action dans le mécénat ?
Yannick Torché :Nous sommes venus au mécénat suite à un concours de circonstance. Nous cherchions un élément original pour créer un lien avec notre équipe. En même temps, nos locaux avaient besoin d’être décorés. Leur nature se prêtant bien à l’accrochage de toiles, c’est tout naturellement, que nous avons eu l’idée d’exposer des œuvres d’art. Dès 2000, nous avons organisé, avec notre équipe, notre premier vernissage, en présence de l’artiste et de clients de l’étude. Ce fut un tel succès que nous n’avons eu de cesse de réitérer l’événement !

 

Notariat 2000 :Chaque année, en novembre, vous exposez des artistes au sein de votre étude. Quels sont les points positifs de cette manifestation ?
Yannick Torché :C’est l’occasion, pour l’étude, d’ouvrir ses portes dans tous les sens du terme ! Ce moment est très attendu par tous : par les membres de notre équipe qui se mobilisent au complet comme par nos clients qui découvrent l’étude dans un autre contexte. Le vernissage nous permet de cultiver une autre relation avec eux. Nous partageons des émotions et nous y gagnons en convivialité. S’ils sont intéressés par une œuvre, les clients traitent directement avec l’artiste. L’étude prend en charge les cartons d’invitation, les affiches, le buffet… L’artiste n’a naturellement rien à payer. Notre investissement est total. Il n’y a aucun intérêt personnel, juste la foi en l’autre et le respect de la création avec, à l’arrivée, de belles rencontres, comme celle, en 2012, avec le peintre d’origine rennaise Yann Sciberras. C’est aujourd’hui un artiste de renommée internationale. Il a, notamment, réalisé une toile, au cours du journal du 20 h de TF1 le 31 décembre…
Notariat 2000 :Votre étude participe, depuis maintenant 7 ans, à la manifestation culturelle “Les Têtes de l’Art”. N’est-on pas en limite de publicité personnelle ?
Yannick Torché : Il ne s’agit absolument pas de publicité personnelle puisque notre démarche n’est en rien commerciale. Elle n’est même pas personnelle car nous veillons, dans le cadre de cette manifestation, à ne pas communiquer sous le nom de l’étude, mais sous celui de “l’Espace Roazhon” (1). Le temps d’une soirée dédiée à la rencontre autour de la peinture, l’étude se transforme, tout simplement, en un “lieu d’exposition temporaire”, mis à la disposition des artistes et des amateurs d’art. A l’instar des galeries qui sont sur le circuit artistique des Têtes de l’Art, nous accueillons le public jusqu’à 22 h. C’est une bonne façon de casser les préjugés et de promouvoir des jeunes talents !

 

Notariat 2000 : Menez-vous d’autres actions de mécénat ?
Yannick Torché :Le mécénat est multiple, il n’est pas forcément lié à la peinture. En ce qui nous concerne, nous menons également des actions dans le domaine musical et théâtral. Nous avons, notamment, participé au financement d’un spectacle musical (2) qui sera produit, en 2013, au Festival d’Avignon.

 

Notariat 2000 : Quelle solution proposeriez-vous pour “booster” le mécénat ?
Yannick Torché :Je crois davantage aux actions de terrain en local qu’aux démarches centralisées. C’est pourquoi je suis prêt à partager mon “kit” mode d’emploi avec mes confrères pour qu’ils puissent organiser, individuellement ou collectivement, un mécénat à leur échelle ! Je rêve également de créer un site “mécénat-notaires” où les confrères signaleraient des actions, où des artistes et des sportifs viendraient déposer leur dossier… Trop peu de mes confrères s’intéressent au mécénat. C’est dommage. Le mécénat permet de renvoyer une autre image de la profession, il montre que le notaire participe à la vie de la cité, qu’il est à l’écoute des autres et qu’il n’a pas forcément des dollars dans les yeux…

 

De gauche à droite : Alexandre Avenel, Sylvie Paillard, Pierre-Yves Dayot (artiste exposé), Yannick Torché, Yann Sciebrras (artiste exposé), Brigitte Ber (artiste exposée), Nell Hergué (membre de l’association des Têtes de l’Art).

1 – Une autre étude rennaise, la SCP Lécuyer-Jouan et Paulet, est également sur le circuit. Elle apparaît sous l’appellation “Espace Juris Interouest”.
2 – L’artiste qui a bénéficié de ce mécénat est Axel Chill.