Nos députés ont considéré (nouvel article 515-14 du Code Civil) que l’animal est un « être vivant doué de sensibilité » et non plus un bien meuble.  Avec la Loi « Macron », que va devenir Moumoute ?!  Lu dans Marianne cet excellent « petit » article de notre confrère Paul-Etienne Marcy, notaire à Argentat.

Turkish Angora (18 months old) in front of a white background

Lorsque la réforme Macron à propos des notaires sera passée, on peut craindre une certaine déshumanisation dont les vieux chats pâtiront…
J’ai reçu le frère et la sœur d’un monsieur, sans enfants, qui venait de perdre son épouse et tutrice. Ces gens n’avaient aucun interlocuteur, à part le notaire.

Contents que je puisse les recevoir au débotté, ils me confient que, pensant finir dans la panade au sujet d’une succession dont ils n’étaient pas héritiers, ils retournaient chez eux après l’enterrement. J’ai donc pris en charge ce dossier.

[…] Qui garde les clés, vide le congélo, s’occupe de la nomination d’un nouveau tuteur, solde le dû à la femme de ménage ? Et, surtout, qui s’occupe de Moumoute ?

Moumoute ? C’est le chat qui partageait la solitude de cette dame et que la SPA ne récupérera pas, car il est trop vieux. […] Résultat des courses : je cours après le foyer d’hébergement du mari et le juge des tutelles. Pour Moumoute, j’ai trouvé la solution : une dame passera le visiter.

Lorsque la réforme Macron […] sera entrée en vigueur, je dirai à ces braves gens : « Je comprends votre désarroi, mais je dois travailler au coût réel et à la rémunération raisonnable. Pour m’en charger, bien que vous ne soyez pas héritiers, ce sera 1 500 € à régler tout de suite. Ou alors voyez quelqu’un d’autre« . Et comme il n’y aura plus de notaires en Corrèze, les gens iront à Limoges… pour être reçus, au bout de quelques mois, par un clerc à la moue dégoûtée devant une si petite affaire. Plus question de recevoir la clientèle « à la bonne franquette ». Quant à Moumoute, il partira en fumée et, s’il lui reste des vies pour revenir sur Terre, il jugera avec plus de circonspection la compagnie des « human beings ».