Notre confrère et ami Dominique Bartoli, a été poursuivi, placé en garde à vue, malmené pour avoir eu de l’humour au moment même où la quasi-totalité de la planète hurle qu’elle est… Charlie !

Charlie, c’est l’art de tourner en dérision, avec un humour parfois provocateur, les sujets les plus sérieux. Et pour avoir osé… la sanction suprême ! Mobilisation de tous pour avoir touché à des principes sacrés, d’abord “la vie”, ensuite “la liberté”. Président de la république en tête et gouvernement au grand complet, la France républicaine s’est unie.

Dominique Bartoli, lui aussi, a osé et la machine d’État s’est mise en marche contre lui. Mais il n’a pas été abandonné. Bien sûr, de très nombreux confrères se sont solidarisés… en paroles ! Mais il n’était pas sauvé pour autant. Alors, notre grande et belle profession, en la personne de ses représentants dont je suis, en liaison avec le Président du Conseil supérieur du notariat, avons agi. Comme doivent agir ceux qui gouvernent. Avec un seul objectif : l’efficacité dans la discrétion et la subtilité. Cela s’appelle la “diplomatie”. Peut-être, avec les années, certains d’entre nous ont oublié Platon et le “Mythe de la caverne”, c’est-à-dire la critique de l’apparence.

Seul le résultat a compté et il a été atteint : Dominique Bartoli peut en témoigner.

Je ne permets donc, à personne, de mettre en cause mon honneur car je l’associe à celui du Président du Conseil supérieur du notariat qui a été exemplaire dans tout ce qui a été fait.

Ce n’est pas le moment de se diviser et encore moins de mettre en cause notre Président. Je ne vous permets pas de l’affaiblir et je suis votre homme si vous voulez d’autres explications *.

“Sachez écouter, et soyez sûr que le silence produit souvent le même effet que la science”. Napoléon 1er (Instructions pour le Prince Eugène, 1805).

Alain Spadoni

Président du Conseil régional de Corse

* NDLR : Me Spadoni fait référence à un de nos articles publié dans “Humeur”, intitulé “Nous sommes Bartoli”.