C’est le versaillais Régis Huber qui succède, depuis le 28 mars dernier, à Me Régis Poumeau de Lafforest à la tête du syndicat national des notaires. Le Conseil d’administration en a décidé ainsi. Me Huber vient d’être élu pour 2 ans. L’ancien président de la Chambre des notaires de Versailles (il a été élu 2 fois, en 1990 et 1999) entend profiter de son mandat pour “continuer le combat et agir” (cf. son édito dans Ventôse Express n°2/2015).

photo Me HuberDerrière le sourire, il y a la détermination. Pour le nouveau président du Syndicat, pas question de baisser les bras à l’approche de l’été. Il est, au contraire, décidé à aider les notaires à poursuivre le combat et à s’organiser. “Le ministre Macron va sans doute dégainer à nouveau l’article 49.3 pour faire passer son projet dans sa forme initiale” nous confiait-il déjà à Strasbourg, dans les allées du congrès. “L’un des moyens (encore légaux) que nous avons de manifester est d’arrêter le télé@ctage. Même si cette mesure nous gêne, elle constitue un signal ferme de notre détermination, à destination des pouvoirs publics. Et le syndicat la soutient”.

Dans Ventôse Express, il enfonce le clou :

Plus subtil est le mot d’ordre d’ouvrir un deuxième compte en banque en dehors de la CDC pour notre trésorerie étude. L’interrogation d’un certain nombre de confrères montre qu’en moyenne c’est moins du tiers de la trésorerie des Offices qui est déposé en dehors de la CDC ; nous pouvons faire mieux et atteindre 90 %, ce qui représenterait près d’un milliard d’euros. Pour l’instant, cette mesure est légale et, compte tenu des conditions financières peu intéressantes que nous propose la CDC, aussi bien pour les prêts d’installation que pour les prêts de restructuration, nous n’aurons aucun scrupule à la mettre en œuvre“.

Régis Huber se dit prêt à des manœuvres plus dures si les évènements l’imposaient. En parallèle, le président va créer, au sein du Syndicat, des nouvelles “cellules”, car “il faut organiser l’après-Macron au cas où…“. Ainsi, une cellule “déblocage des cessions” devrait voir le jour pendant l’été ainsi qu’un vade-mecum pour faire évoluer les (mauvaises) habitudes d’attentisme de toutes les institutions qui traitent les dossiers de cession. Une cellule “rémunération du conseil” pourrait également être créée si l’actualité le justifie. Enfin, le Syndicat envisage de mettre en place une cellule d’aide aux notaires en difficultés.

Valérie Ayala

COMITÉ DE DIRECTION

Régis Huber, Président, notaire à Versailles.
Philippe Glaudet, 1er vice-président, notaire à Angoulême, Hugues Baudère, vice-président, notaire à Pugnac, Michel Burgan, vice-président, notaire à Toulouse, Christian Millet, vice-président, notaire à Vagney, Georges Rabbe, vice-président, notaire à Jargeau, Monique Brajou, secrétaire général, notaire à Hardelot, Lionel Perrin, secrétaire adjoint, notaire à Bollene, Philippe Klein, trésorier général, notaire à La Flèche, Sacha Neuman, trésorier adjoint, notaire à Lens. Membres : Anne-Laure Regard, notaire à Jouars Pontchartrain, Olivier Combe-Laboissière, notaire à Porte les Valences, Jean-Pierre Ferrandes, ancien notaire à Paris, Thierry Gauroy, notaire à Melun, Michel Golain, notaire Honoraire