Un légalisme de notaire Voilà un terme à connotation fortement péjorative que l’on retrouve régulièrement dans la presse ou la littérature. Un exemple parmi tant d’autres : cette perle, lue dans le dernier ouvrage du journaliste et polémiste Thierry Desjardins (” Monsieur le Président, c’est une révolution qu’il faut faire “, Albin Michel) à propos de notre non-intervention en Irak. On y lit à la page 73 : ” Au nom du grand principe du droit international qui a toujours fait rigoler tout le monde, vous vous drapiez dans un légalisme de notaire… “. Cela ne semble pas être un compliment pour nos fonctions…

 

Citation Bill Gates, en visite à Paris, dans l’Express (22/11/2004) : “La meilleure manière de gagner de l’argent, c’est de ne pas y penser.”

 

Les autres en sont-ils sûrs ? ” Mon notaire rend mes projets plus sûrs “. Vous connaissez tous ce slogan. Il semble qu’au gouvernement, tout au moins dans son entourage immédiat, on ne pense pas tout à fait la même chose. Un récent rapport, dont fait état Le Figaro (22/11/2004), vise directement les métiers protégés et vante les bienfaits d’une libéralisation tous azimuts. Le titre de l’article est très clair : ” Taxis, notaires, kinés, coiffeurs, vétérinaires, hôteliers, les dernières professions protégées sur la sellette “.

 

En forme… Le notaire vu par le magazine Marianne, n°384, où, pour une fois, un journaliste prend la peine d’étudier la réalité du travail quotidien. Si le titre peut paraître accrocheur (” Plongée dans la France des secrets de famille et de l’argent caché “), le sous-titre dévoile davantage la teneur de l’article : ” le pays profond révélé par les notaires “. Bilan globalement positif pour notre profession.

 

Elle est bien bonne ! Journal Officiel du 9 novembre. Réponse du garde des Sceaux à une question de Marc LEFUR, relative à la délivrance du certificat de non Pacs. L’honorable parlementaire s’inquiète de la charge de travail importante générée par cette activité pour les greffes des Tribunaux d’Instance. Et Dominique PERBEN de répondre que le problème principal vient de l’interrogation systématique des greffes par les notaires en vue de la délivrance de ces fameux certificats de non Pacs. Une commission de travail fera prochainement des propositions. On aurait peut-être pu y penser avant. La majorité des notaires a toujours trouvé ce système stupide. D’autant plus que le notaire ne peut pas rédiger de contrats de Pacs mais qu’il interroge systématiquement pour obtenir un certificat de non Pacs. Étonnant non ?

 

Les avocats dans le poste Il est de bon ton de glorifier l’unité notariale et de se gausser corrélativement de la dispersion des organisations représentatives des avocats. L’unité est notre force, la dispersion serait la fin des haricots. Alors, le bâtonnier de Paris, Me Jean-Marie BURGUBURU, a eu bien du mérite puisqu’il a réussi à convaincre l’ensemble des organismes représentatifs de la profession d’avocats (rappelons au passage qu’ils sont 40.000 !) de s’associer pour communiquer ensemble. La dispersion dans l’unité en quelque sorte.

 

Ton père, ta mère, mes frères et mes soeurs… Depuis le 1er janvier, le décret publié le 29 octobre dernier au Journal officiel est applicable. Désormais, porter le nom du père n’est plus obligatoire pour les enfants d’un couple marié. Entre les miens, les tiens, les nôtres et les vôtres, on souhaite beaucoup d’amusement à l’ensemble des notaires de France pour les années à venir.

 

Amiante Nos actes, bien sûr, font état de l’amiante, mais que recouvre exactement ce véritable scandale sanitaire ? Vous le saurez en lisant le livre de M.François MALYE, paru aux éditions du Cherche Midi ” Amiante : 100.000 morts à venir “. Nul doute qu’après vous ne lirez plus vos actes de la même manière.

 

Ingrats Les diagnostiqueurs, regroupés en syndicat représentatif, ont clairement affirmé que le label notarial ne présentait aucun intérêt. Mais que, par contre, leur profession était particulièrement à même de faire le tri entre sociétés compétentes et amateurs.

 

Concurrence Nous avons déjà fait état, dans ces colonnes, du rachat d’agences immobilières par quelques groupes bancaires. Nous citerons principalement BNP PARIBAS ou le Crédit Agricole qui vient d’afficher sa stratégie de développement de la transaction immobilière. Quand on connaît la puissance et l’efficacité des banques pour conquérir un marché, leur volonté d’intégration verticale aboutira certainement à la désintégration horizontale du notariat.